Imprimer Envoyer á un ami

Météo : changement de programme

28/02/2019

Après le blocage anticyclonique doux qui s'est imposé durant la deuxième quinzaine de février, et dont les dernières manifestations s'observent ce jeudi (record battu à Nîmes avec 24,6 °C à Courbessac et à Marseille Marignane avec 22,4 °C), la circulation météorologique évolue très franchement ces jours-ci, avec un régime perturbé océanique qui s'installe pour au moins une semaine. Les températures baissent très nettement après le coup de chaleur de mercredi 27 février, mais resteront installées confortablement au-dessus des niveaux de saison.

Ainsi, pour ce début de printemps météorologique, une succession de passages perturbés apportera douceur raisonnable, vent et précipitations (neige en montagne) qui épargneront le pourtour méditerranéen.

Une nouvelle configuration météo de grande échelle

Ces quinze derniers jours, la circulation météorologique était bloquée, avec une vaste ondulation des courants d'altitude autour d'une dorsale anticyclonique épaisse et stationnaire sur l'Europe de l'ouest. Les courants-jet puissants débordaient du continent nord-américain et s'estompaient sur l'Atlantique y favorisant la naissance de dépressions tempétueuses. Deux d'entre elles ont d'ailleurs été nommées car elles ont causé des vents violents sur les Açores (Julia, puis Kyllian) alors qu'un temps extrêmement calme régnait sur la façade atlantique du continent, protégé par un mur anticyclonique épais. De l'autre côté du blocage sur l'Europe de l'est, les courants de nord continentaux perturbés occasionnaient un temps froid et agité, avec de la neige en plaine jusqu'au bord de la Méditerranée.

Maintenant, cette large ondulation stationnaire s'effondre et les courants-jet traversent l'Atlantique, conduisant des creusements dépressionnaires qui sont maintenant susceptibles de circuler sur le nord-ouest du continent, apportant vent et pluies. En marge sud, des pressions relativement élevées assureront un temps sec sur l'Europe méditerranéenne. Ce schéma général sera pleinement à l'oeuvre dès demain vendredi et au moins une grande partie de la semaine prochaine.

Ce type de régime météorologique est appelé oscillation nord-atlantique en phase positive : il correspond à une circulation atmosphérique durant laquelle la différence de pression entre les hautes pressions subtropicales ("anticyclone des Açores") et les basses pressions subpolaires ("dépression islandaise") est exacerbée.

Géopotentiel et anomalie de température à 500 hPa moyennés entre le 23 et le 28 février 2019 à 0 UTC     Géopotentiel et anomalie de température à 500 hPa moyennés entre le 2 et le 7 mars 2019 à 0 UTC 
Comparaison : anomalies des géopotentiels à 500 hPa prévues par le modèle du CEP, à gauche le 21 février pour la période du 23 au 28 février 2019 (blocage chaud sur l'Europe de l'ouest), à droite le 28 février pour la période du 3 au 7 mars 2019 (oscillation nord-atlantique en phase positive) - Courtesy of tropicaltidbits.com
(
Cliquer sur chaque carte pour l'agrandir)

À quoi s'attendre ces prochains jours ?

C'est un temps relativement classique qui nous attend donc ces prochains jours avec une succession de perturbations d'ouest, plus actives sur la moitié nord, du vent de sud-ouest dominant parfois fort, et de la neige en moyenne montagne, au-dessus généralement de 1100 à 1500 m sur le Jura, les Vosges, le Massif central et les Alpes du Nord. La Méditerranée connaîtra quant à elle un temps doux, souvent bien ensoleillé et ventilé.

Actualité par Météo-France