Imprimer Envoyer á un ami

La formation du brouillard à l’aéroport Paris CDG modélisée

21/05/2014

Réduisant la visibilité, le brouillard a un impact important sur la sécurité des personnes et sur l'économie, notamment dans le domaine des transports. Sur les aéroports, il affecte par exemple les horaires d'atterrissage et de décollage des avions. Mais la prévision de la localisation et du cycle de vie des couches de brouillard reste difficile car elle nécessite de prendre en compte des phénomènes atmosphériques opérant à très petites échelles.  

 

Simluation formation brouillard Paris CDG

Formation de brouillard simulée sur l'aéroport Paris-CDG.
Modèle Meso-NH (résolution
horizontale : 1 m , résolution verticale : 1,5 m, sur une grille horizontale 3072x1024 points, pas de temps : 1 minute). Calculs effectués sur le calculateur du GENCI Bullx-Curie (projet PRACE). Données de surface (bâtiments CDG) fournies par ADP
© Météo-France / CNRM-GAME
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Grâce à une méthode de modélisation numérique innovante, une équipe de chercheurs de Météo-France1 associant le CNRS est parvenue à simuler la formation de brouillard sur l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Les résultats2 fournis par leur modèle atmosphérique à très fine échelle3 (1,5 m de résolution verticale et 1 m de résolution horizontale), intégrant la configuration exacte des terminaux de l'aéroport, montrent que les conditions de formation du brouillard dépendent des bâtiments en présence. Alors que les nappes de brouillard se forment quasi-instantanément en conditions homogènes (par exemple à la campagne), elles mettent une heure trente à recouvrir uniformément la zone aéroportuaire de Roissy. En cause, des effets thermiques et dynamiques qui créent des hétérogénéités dans les masses d'air au voisinage des bâtiments.

Outre la modélisation de la formation de brouillard dans différents environnements, cette méthode ouvre la voie à d'autres simulations numériques des écoulements atmosphériques à l'échelle du mètre. Elle devrait permettre, à terme, d'améliorer, plus généralement, la prise en compte des phénomènes de très petite échelle dans les modèles de prévision du temps.

Pour en savoir plus, consulter notre communiqué de presse.

 

1 : CRM-GAME (Météo-France/CNRS)
2 : Bergot T et al. (2014) Q.J.R. Meteorol. Soc. doi: 10.1002/qj.2358
3 : modèle Meso-NH développé par Météo-France et le Laboratoire d'aérologie CNRS/ Université Toulouse III

 

 

Actualité par Météo-France