Imprimer Envoyer á un ami

Retour d'un temps plus doux et perturbé

26/11/2018

Après une période souvent fraîche mais peu arrosée au nord depuis la mi-novembre, marquée aussi par des épisodes méditerranéens au sud, un changement significatif de régime de temps va s'opérer cette semaine.

Le vent d'ouest aux abonnés absents depuis la mi-novembre

Figure 1 - Anomalies de pression réduite au niveau de la mer entre le 13 et le 23 novembre 2018. En couleurs froides les anomalies négatives de pression, et en couleur chaudes les anomalies positives de pressions.
Figure 1 - Anomalies de pression réduite au niveau de la mer entre le 13 et le 23 novembre 2018. En couleurs froides les anomalies négatives de pression, et en couleur chaudes les anomalies positives de pressions. - © NCEP/NCAR Reanalysis, NOAA

La figure 1 illustre bien la situation des deux dernières semaines. Les conditions ont été plus dépressionnaires que la normale sur l'Atlantique jusqu'à la péninsule ibérique et au Maghreb, alors que des conditions plus anticycloniques que la normale ont concerné une large partie nord de l'Europe, jusqu'en Islande. Les vents dominants sur la période ont été largement d'est sur une bonne partie nord de la France, davantage sud-est près de la méditerranée. Ces vents sont cohérents avec un régime de temps "Blocage scandinave", ayant évolué en NAO - (*) tout dernièrement. Cette répartition moyenne des vents a entraîné des passages pluvieux plutôt rares et modestes au nord, mais ont été propices à quelques épisodes méditerranéens dans le sud.

La situation va radicalement changer mercredi

Alors que ce week-end, l'Islande hébergeait, encore pour un temps, un puissant anticyclone, celui-ci montre toutefois de sérieux signes de faiblesse ce lundi et va migrer vers la Scandinavie dès mardi. Parallèlement, une tempête, nommée Diana par le service météorologique portugais, va toucher l'extrême ouest des Açores mardi avec des vents violents (rafales jusqu'à 130 km/h) et des vagues très hautes au large (hauteur significative 12 mètres, hauteur maximale envisagée 21 m). En remontant dans sa route vers le sud de l'Islande, cette tempête touchera les îles britanniques, et notamment l'Irlande mercredi.

En bref, l'Atlantique nord va retrouver des vigoureuses dépressions, alors que le bassin méditerranéen retrouvera des vents de nord-ouest dominants, synonymes de temps sec et ensoleillé.

Figure 2 : évolution des températures maximales observées à Paris sur les trois dernières semaines et prévues sur les deux prochaines semaines : après une douzaine de jours frais à froids, la douceur revient dès mercredi.
Figure 2 : évolution des températures maximales observées à Paris sur les trois dernières semaines et prévues sur les deux prochaines semaines : après une douzaine de jours frais à froids, la douceur revient dès mercredi. - © Météo-France
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)

Dans ce contexte, en France, les passages pluvieux se succéderont à partir de mercredi (et même dès mardi sur la Bretagne), avec un radoucissement sensible des températures (voir le cas de Paris, qui n'est pas isolé, sur la figure 2). Les régions méditerranéennes respireront enfin après un automne très pluvieux, et retrouveront un temps le plus souvent sec sous l'influence du mistral et de la tramontane, comme suggéré par la répartition prévue du champ de pression sur les dix prochains jours (cf. figure 3).

Figure 3 - Moyenne sur les 10 prochains jours du champ de pression au niveau de la mer sur l'Europe d'après la simulation du modèle GFS.
Figure 3 - Moyenne sur les 10 prochains jours du champ de pression au niveau de la mer sur l'Europe d'après la simulation du modèle GFS. - © Climatereanalyser.org
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

 

(*) NAO - : Lorsque la différence de pression entre les Açores et l'Islande diminue voire s'inverse, on parle de régime NAO (North Atlantic Oscillation) négative. Le courant d'ouest au nord-ouest de l'Europe est affaibli, voire des courants d'est peuvent s'y installer avec un temps plus froid et plus sec l'hiver. Sur les régions méditerranéennes, le temps est au contraire plus dépressionnaire, plus doux et plus humide.

Actualité par Météo-France