Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 14 février 2018

16/02/2018

Grâce aux très importantes chutes de neige qui touchent l'ensemble des massifs montagneux français depuis fin novembre, l'enneigement en cette mi-février est le plus généralement très excédentaire dans l'ensemble des massifs, se situant même pas très loin de records dans de nombreux massifs des Alpes. Cela est cependant moins vrai à basse et moyenne altitude, du fait de la survenue de plusieurs redoux pluvieux, par moments jusqu'à haute altitude, qui ont contrarié l'accroissement du manteau neigeux. L'augmentation de l'épaisseur du couvert neigeux avec l'altitude est ainsi très marquée dans tous les massifs.
Par ailleurs, aux altitudes élevées, l'épaisseur de neige au sol est souvent irrégulière, à cause des vents qui ont souvent soufflé très fort, voire en tempête, durant la première moitié de l'hiver.
 

Point enneigement par massif montagneux

Le col de Péas (2629 m) et le pic de Rochebrune (3221 m), dans le Queyras,
le 10 février 2018. © Bertrand Cluzet
 

Alpes du Nord

Les Alpes du Nord ont connu une succession de chutes de neige remarquable entre fin novembre 2017 et tout début février 2018. Depuis, il s'en produit encore, mais elles sont nettement plus modestes. Alliées à des températures bien hivernales, elles contribuent à maintenir l'enneigement à des valeurs très élevées, proches des records pour cette époque de l'année.
L'enneigement débute partout entre 500 et 700 m d'altitude en versant nord, entre 800 et 1000 m en sud.
À 1000 m, il y a dans l'ensemble des massifs entre 20 et 30 cm en versant nord, entre 5 et 15 cm en sud.
Plus haut, les épaisseurs de neige augmentent très rapidement avec l'altitude :
à 1500 m, dans tout le flanc nord-ouest, partie la mieux enneigée, il y a entre 1,50 m et 2 m de neige en versant nord, entre 1,20 m et 1,30 m en versant sud. L'enneigement y est remarquable, souvent proche des records pour l'époque de l'année ; par exemple, une hauteur de neige de 2,51 m est relevée le 14 février à la station automatique du Gua (Vercors, 1600 m), le record mensuel sur 25 ans de mesures étant de 3,39 m (le 15 février 2013). Dans le reste des Alpes du Nord, il y a entre 1 m et 1,40 m en nord, entre 70 cm et 90 cm en sud.
À 2000 m, il y a partout 2 à 3 m de neige en versant nord, 1,50 m à 2,20 m en versant sud.
À 2500 m, l'épaisseur du manteau neigeux est remarquable, avec le plus souvent entre 2 m et 3,50 m de neige, jusqu'à 4,30 m dans le massif du Beaufortain et celui de la Haute-Tarentaise.
L'enneigement est cependant souvent irrégulier en altitude, à cause des vents qui ont souvent soufflé en tempête durant l'hiver.
Le massif de Belledonne (Isère), depuis Grenoble, le 14 février 2018.
© Météo-France, Daniel Goetz
 

Alpes du Sud

Comme dans les Alpes du Nord, l'enneigement est le plus généralement remarquablement excédentaire. C'est toutefois moins vrai dans les massifs des Alpes-Maritimes.
L'enneigement continu débute le plus généralement à assez basse altitude, vers 900 ou 1000 m en versant nord, 1100 ou 1200 m en sud, un peu plus haut toutefois, 1400 ou 1500 m, dans les versants ensoleillés des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes. 
À 1500 m d'altitude, l'épaisseur de neige au sol en versant nord est voisine de 1 m dans le nord des Hautes-Alpes (massifs du Champsaur, du Pelvoux et du Thabor), 50 à 70 cm dans les autres massifs, toutefois un petit peu moins dans le massif du Mercantour et au contraire un petit peu plus dans celui du Dévoluy. En versant sud, ces épaisseurs sont en général moitié moindres, tandis qu'elles ne dépassent pas 10 cm dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.
À 2000 m, l'épaisseur du couvert neigeux devient importante en versant nord : entre 1,60 m et 1,90 m dans le nord des Hautes-Alpes, 1,30 m ou 1,40 m dans les autres massifs, sauf dans celui du Mercantour, où elle est de 1 m. En versant sud, son épaisseur est 40 à 60 cm moindre.
À 2500 m en versant nord, les 2 m de neige sont atteints dans les massifs du nord des Hautes-Alpes, tandis que l'épaisseur de neige au sol est comprise entre 1,50 et 1,70 m dans les autres massifs. En versant sud, il y a 40 à 60 cm de neige en moins. La hauteur de neige de 1,66 m mesurée le 14 février à la station automatique des Rochilles (Thabor, 2450 m) n'est pas très éloignée du record pour un mois de février sur 35 ans de mesures, qui est de 2,08 m (le 26 février 1995).
La crête de l'Eyssina, près de Vars (Hautes-Alpes), le 9 février 2018. © François Tuzet
 

Corse

L'enneigement dans les massifs corses est dans les valeurs normales d'une mi-février. Correct aux altitudes moyennes, il augmente fortement avec l'altitude, mais avec une répartition irrégulière, à cause des vents d'ouest et nord-ouest qui ont plusieurs fois soufflé violemment. 
Il débute très bas dans les deux massifs, vers 500 m, quelle que soit l'orientation.
Jusqu'à 1000 m, d'altitude, il ne s'agit que d'une petite couche de neige de 5 à 10 cm.
Son épaisseur augmente ensuite rapidement avec l'altitude :
à 1500 m, elle est partout voisine de 60 cm, un peu moins toutefois dans les versants sud du massif du Renoso-Incudine. Elle est de 47 cm au col de Vergio (1450 m), 60 cm au val d'Ese (1620 m), ainsi qu'à Ghisoni Capanelle (1580 m).
À 2000 m, elle est très importante dans les deux massifs, voisine de 1,70 m dans les versants nord, 1,40 m dans les versants sud.
À 2500 m dans le massif du Cinto-Rotondo, l'épaisseur du manteau neigeux atteint 2 m, quelle que soit l'orientation. À la station automatique de la Maniccia (Cinto-Rotondo, 2360 m), la hauteur totale de neige est de 1,75 m.
 

Pyrénées

Depuis la fin du mois de janvier les températures sont très froides dans les Pyrénées et la neige y est donc en conséquence tombée jusqu'à basse altitude.
La montagne est ainsi le plus souvent blanche dès 700 à 900 m d'altitude, 1300 ou 1400 m dans les Pyrénées-Orientales, et les hauteurs de neige sont confortables, dès les altitudes moyennes.
À 1500 m d'altitude, elles sont généralement comprise entre 50 et 80 cm, mais dépassent souvent les 1 m en Ariège, et sont au contraire plutôt de l'ordre de 25 cm dans les Pyrénées-Orientales.
À 1800 m d'altitude, les hauteurs sont voisines de 1,30 m dans les deux tiers ouest de la chaîne, un peu moins dans les Pyrénées-Orientales et dans les versants sud, un peu plus en Ariège dans les versants nord ; cela représente 30 % de plus qu'en année moyenne.
À plus haute altitude encore, les hauteurs de neige dépassent le plus souvent 1,50 m dans les versants nord à partir de 2000 m et dépassent largement 2 m dès 2100 ou 2200 m, sauf dans les Pyrénées-Orientales, où les hauteurs sont un peu moindres, avec, en moyenne, environ 1,20 m à 2000 m, 1,60 m à 2500 m.
À toutes les altitudes, ces hauteurs de neige sont excédentaires. Par exemple, à la station automatique du lac d'Ardiden (Hautes-Pyrénées, 2450 m), les 2,35 m mesurés ce 14 février dépassent la moyenne de 45 cm. À celle du Canigou (Pyrénées-Orientales, 2150 m), la hauteur de neige mesurée est de près de 1,30 m, pour une moyenne sur les 20 dernières années de 90 cm.
 

Vosges, Jura et Massif central

Dans les Vosges, l'enneigement est assez réduit aux altitudes modestes mais il augmente rapidement avec l'altitude et devient important près des hauts sommets du massif.
Il débute vers 500 m dans le secteur des crêtes, 600 m dans celui du ballon d'Alsace. Dans ce secteur, partie du massif la mieux enneigée, l'épaisseur de neige à 800 m est voisine de 30 cm en versant nord, 20 cm en versant sud ; à 1000 m, elle est de 50 cm en versant nord, 30 cm en versant sud, et à 1200 m, elle atteint respectivement 1,40 m et 40 cm. Plus au nord, dans le secteur des crêtes, il y a à 800 m 10 à 15 cm de neige selon l'orientation ; à 1000 m, l'épaisseur de neige est d'environ 30 cm en versant nord, 20 cm en versant sud ; à 1200 m, elle atteint respectivement 1,10 m et 50 cm. À la Bresse, à 1150 m d'altitude, on relève une hauteur de neige de 1,10 m.
 
Dans le Jura, les hauteurs de neige sont modestes jusque vers 1000 m d'altitude, puis deviennent de plus en plus importantes avec l'altitude.
La limite de l'enneigement se situe vers 600 m d'altitude dans le Doubs, 500 m dans le Jura, 400 m dans l'Ain.
À 800 m, l'épaisseur de neige au sol est de 10 à 15 cm, un peu plus dans le Jura gessien.
À 1100 m, en versant ombragé, elle est d'environ 50 cm dans le Doubs, 65 cm dans le Jura et 1 m dans le Jura gessien. En versant sud, ces épaisseurs sont environ moitié moindres.
À 1300 m, les épaisseurs sont importantes en versant nord : entre 1,20 m à 1,30 m, jusqu'à 1,60 m dans la partie sud du massif ; en versant sud, il y a 20 à 50 cm de moins.
 
Dans le Massif central, l'enneigement débute partout vers 600 m d'altitude. Il est cependant peu important jusque vers 1300 m dans le massif du Sancy, 1100 m dans le Cantal, avec pas plus de 10 à 20 cm. Il devient en revanche rapidement important plus haut, avec partout 1 m de neige ou plus à partir de 1400 m d'altitude.
 
Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.
 
Cette évolution ainsi que les risques d'avalanche associés peuvent être suivis sur notre site Internet, rubrique « Montagne », ainsi que sur les applications mobiles de Météo-France (dont l'application Météo Ski).

 

 

Actualité par Météo-France