Imprimer Envoyer á un ami

Chaleurs tardives sur l’Europe

19/10/2017

Après un mois de septembre contrasté -­ automnal sur l'Europe occidentale et centrale, notamment la France- ­ les deux premières semaines d'octobre ont été anormalement douces sur la totalité du continent européen. Il a fait chaud du bassin méditerranéen à l'Europe continentale, où de hautes pressions, bien installées, ont repoussé le flux perturbé sur l'Europe du Nord. Du nord des îles Britanniques aux Pays Baltes et à l'ouest de la Russie, la circulation de ces dépressions atlantiques a apporté passages pluvieux mais aussi douceur océane.
Carte de la moyenne de la pression au niveau de la mer entre le 1er et le 18 octobre 2017, sur l'Atlantique nord. © Météo-France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir
 
De l'Europe occidentale à l'Europe centrale, cette grande douceur a été accompagnée d'un temps souvent sec, notamment à partir de la seconde moitié du mois où, à la faveur d'un renforcement des hautes pressions continentales, un temps estival s'est installé durablement. En milieu de mois, les températures y ont présenté une anomalie généralisée de 5 à 10 degrés par rapport aux normales. Des valeurs supérieures au seuil des 25 °C ont été régulièrement relevées, du nord de la France au Bénélux et à la Pologne*, en passant par l'Europe centrale.
Carte de l'anomalie de la température moyenne entre le 1er et le 18 octobre 2017, en Europe. © Météo-France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir 
 
Sur la péninsule Ibérique, des conditions estivales ont persisté toute la première quinzaine d'octobre, sous l'afflux de masses d'air en provenance du Maghreb, après un été et un mois de septembre déjà anormalement chauds et secs. L'Espagne et le Portugal ont ainsi connu une période de fortes chaleurs tardives exceptionnelle. Cette première quinzaine du mois d'octobre est la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés. Les records de chaleur mensuels à l'échelle nationale ont notamment été battus (38,5 °C à Alvega au Portugal, le 6 octobre, et 37,1 °C à El Granado en Espagne, le 2 octobre). À Lisbonne, les températures sont restées à un niveau remarquable sur la période, atteignant 33 à 34 °C en début de mois mais aussi le dimanche 15. Lundi 16, l'automne a fait enfin une arrivée brutale dans la capitale portugaise et une large partie de la péninsule Ibérique, avec les premières pluies depuis le 28 août dernier. Ces dernières, souvent orageuses et ayant donnée lieu localement à des crues éclairs, ont contribué à légèrement améliorer l'état de sécheresse de cette région soumise aux incendies dernièrement.

France : ensoleillé et sec partout, chaleurs sur le Sud 

L'hexagone a également connu une première partie de mois douce, avec une anomalie de température moyenne sur la première quinzaine de +0,9 degrés, homogène sur le territoire. Après une période de relative fraîcheur du 4 au 8, notamment les 6 et 7 où se sont produites les premières gelées en plaine, la masse d'air « ibérique » a progressivement gagné vers le nord, et les températures ont grimpé, atteignant souvent des valeurs 5 à 8 degrés au-dessus des normales. Des records décadaires ont ainsi été établis sur un grand nombre de régions entre vendredi 13 et lundi 16. Le seuil des 25 °C a été franchi sur la moitié nord, celui des 30 °C sur la moitié sud. Ces chaleurs assez inhabituelles** se prolongent depuis le début de la semaine sur une large frange est du pays, comme en témoigne la série inédite de températures maximales relevées à Colmar en début de semaine***.
 
Le temps a également été très sec depuis le début du mois jusqu'en première partie de cette semaine. Si quelques fronts atténués ont traversé une partie du territoire, les précipitations ont été absentes du quart sud-est. Une dégradation pluvieuse s'est toutefois mise en place par l'ouest mais également autour du golfe du Lion, dans la journée de mercredi 18. Ces pluies, qui surviennent sur cette région touchée par une sécheresse historique, ne concernent en revanche pas les départements de la basse vallée du Rhône. L'ensoleillement a parallèlement été au rendez-vous depuis le début du mois, largement excédentaire partout, à l'exception d'un petit quart nord-ouest, davantage soumis au flux océanique.
La semaine prochaine, après les conditions perturbées de ce week-end, un temps à nouveau sec, très ensoleillé et anormalement chaud devrait à nouveau concerner la quasi-totalité du territoire.
 
Cliquer sur les cartes pour les agrandir
 
*Nombreux records décadaires (du 11 au 20 octobre) relevés en France, Belgique, Hollande, Pologne où il a même fait jusque 26 °C localement, des températures supérieures à 25 °C n'y ayant jamais été observées si tardivement. Températures également supérieures à 25 °C relevées en Suisse, Autriche, Allemagne.
 
**D'autres périodes de chaleur remarquables autour de la mi-octobre ont eu lieu par le passé, la dernière en date étant celle de 2014. L'indicateur thermique (température moyenne quotidienne calculée à partir de 30 stations principales réparties sur le territoire) avait alors atteint 19,1 °C les 18 et 19 octobre contre 18,7 °C ce lundi 16. Les deux journées les plus chaudes pour une mi-octobre ont eu lieu du 13 au 15 octobre 1990 avec 19,4 ou 19,5 °C.
 
***Relevé des températures à la station de Colmar du dimanche 15 au mardi 17 octobre : 27,6 °C le 15, 28,4 °C le 16, 26,2 °C le 17.
 

Actualité par Météo-France