Imprimer Envoyer á un ami

Xavier, 2e tempête automnale sur l’Europe du Nord

06/10/2017

La tempête Xavier, qui a touché tout particulièrement l'Allemagne et la Pologne jeudi 5 octobre, est la deuxième tempête de l'automne sur l'Europe occidentale, après celle qui a circulé entre les Îles Britanniques et la mer du Nord mi-septembre. Xavier a produit des vents tempétueux entre le nord-ouest de l'Allemagne et le sud de la Pologne, avec jusqu'à 122 km/h en plaine mesurés dans la région de Berlin.

Autour de 120 km/h en plaine 

Dans un régime perturbé rapide d'ouest, la dépression Xavier s'est fortement creusée dans la nuit de mercredi à jeudi en mer du Nord, et s'est ensuite décalée vers le nord de l'Allemagne en continuant de se creuser, où elle a produit des vents tempétueux jeudi, dans un axe Hambourg /Berlin. À la marge, le vent a soufflé violemment du pas de Calais aux Îles de la Frise. Les rafales les plus violentes ont vraisemblablement été enregistrées dans l'est de l'Allemagne alors que la pression au centre de la dépression était estimée à 985 hPa. Xavier a ensuite circulé sur le sud de la Pologne la nuit suivante, où des vents tempétueux ont également été mesurés.

Animation de la tempête Xavier

Image satellite et analyse de la pression au niveau de la mer, jeudi 5 octobre 2017 entre 8 h UTC et 22 h UTC - © Météo-France
Cliquer sur l'animation pour l'agrandir

 

Voici quelques valeurs maximales de vent enregistrées :

Sur les côtes :

115 km/h à Nordeney ou Leuchtturm Alte Weser (îles allemandes de la Frise).

Dans l'intérieur en plaine :

101 km/h à Hambourg ou Brême.

112 km/h à Leszno (sud-ouest Pologne).

115 km/h à Hanovre.

119 km/h à Beeskow ou Manschnow.

122 km/h à Berlin ou Holzdorf.

En montagne :

On a enregistré jusqu'à 133 km/h à Fichtelberg (1200m), 177km/h à Brocken (1100m) et jusqu'à 202 km/h au Schneekoppe (1600m : point culminant des monts des Géants, à la frontière tchéco-polonaise).

 

Comment nomme-t-on les tempêtes ?

Depuis les années 1950, l'université de Berlin propose une liste de noms pour les dépressions et anticyclones à venir. Mais en France, ce n'est qu'à partir des tempêtes de 1999 qu'on a l'habitude d'utiliser cette nomenclature : les tempêtes de 1999 sont ainsi appelées Lothar et Martin, et on se rappelle de la tempête Xynthia de 2010, à chaque fois en référence au nom de la dépression associée.
 
Parallèlement, le UK MetOffice (le service météorologique britannique), à l'image des cyclones, nomme les tempêtes qui touchent l'archipel britannique. Ainsi, la tempête de la mi-septembre a été baptisée Eileen outre-manche, mais est connue sous le nom de Sebastian en Allemagne, touchée sur ses côtes nord-ouest.
 

 

Actualité par Météo-France