Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 22 février

23/02/2017

Les perturbations qui ont successivement traversé la France fin janvier et début février avaient amélioré l'enneigement sur la plupart des massifs mais avec le temps très sec, ensoleillé et doux qui s'est installé ensuite, le manteau neigeux présente maintenant un aspect quasi printanier : il s'humidifie et se réduit dans les versants ensoleillés, tandis qu'il se tasse dans les versants ombragés. 
 
L'enneigement reste bon dans les Pyrénées et surtout en Corse, tandis qu'il est le plus souvent très déficitaire dans les Alpes, du fait d'un hiver dans son ensemble très sec. Les massifs de moyenne montagne (Vosges, Jura et Massif central) connaissent également un enneigement très modeste.
 

Pour la pratique de la randonnée en montagne, le manteau neigeux est actuellement globalement stable dans tous les massifs. Cependant, en cas de retour à des conditions plus hivernales, sa stabilité pourrait alors rapidement diminuer. Pour suivre l'évolution des conditions et des risques d'avalanche en montagne, les bulletins Neige et Avalanche sont disponibles quotidiennement sur notre site Internet, rubrique montagne, ainsi que sur les applications mobile de Météo-France (dont Météo Ski).

Le massif de Belledonne (Isère) le 22 février 2017. Son aspect reflète celui de l'ensemble des Alpes du Nord : un avant-goût de printempsLe massif de Belledonne (Isère) le 22 février 2017. Son aspect reflète celui de l'ensemble des Alpes du Nord : un avant-goût de printemps.© Météo-France - Daniel Goetz
(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)

Alpes du Nord

Avec les perturbations neigeuses qui s'étaient succédé fin janvier et début février, l'enneigement avait progressé. Mais avec le retour d'un temps sec, ensoleillé et doux, il régresse lentement, surtout dans les versants ensoleillés. Même s'il reste globalement assez correct en valeur absolue, il est le plus souvent fortement déficitaire pour l'époque de l'année (entre -25 et -60 %, souvent -50 %) à moyenne altitude jusque vers 2000 m, un peu moins déficitaire au-dessus, voire normal en Haute-Maurienne. L'enneigement est cependant souvent irrégulier en altitude, à cause du vent qui a souvent soufflé fort. La durée de retour d'un tel déficit est souvent d'un hiver sur 7, parfois moins fréquemment (un hiver sur 12).
 
L'enneigement débute partout vers 1000 m ou 1100 m en versant nord, entre 1300 et 1700 m en versant sud, selon le massif et l'inclinaison de la pente.
À 1500 m, l'épaisseur moyenne de neige en versant nord est le plus généralement comprise entre 40 et 50 cm, un peu plus, 60 cm, dans le massif des Bauges. En versant sud, on mesure 10 à 15 cm en Isère, pas de neige ailleurs.
À 2000 m en versant nord, l'épaisseur de neige se situe généralement entre 80 cm et 1 m, jusqu'à 1,20 m en Haute-Maurienne. En versant sud, elle est partout comprise entre 40 et 60 cm.
À 2500 m, les épaisseurs sont assez importantes en versant nord, entre 1,10 m et 1,80 m, plus réduites en versant sud, 1 m à 1,20 m en Haute-Savoie et Isère, 60 à 80 cm en Savoie.
 

Alpes du Sud

Grâce aux chutes de neige au début du mois, l'enneigement est en général correct, même s'il est souvent nettement déficitaire (environ -40 %) pour cette époque de l'année en dessous de 2000 m dans beaucoup de massifs.
 
La limite de l'enneigement se situe dans l'ensemble des Alpes du Sud vers 1200 ou 1300 m en versant nord, 1700 ou 1800 m en versant sud.
À 1500 m d'altitude, l'épaisseur de neige en versant nord est le plus généralement voisine de 20 cm, 10 cm dans le massif du Dévoluy.
À 2000 m, on mesure en versant nord 80 cm à 1 m de neige dans la partie nord-est des Hautes-Alpes (massifs du Thabor, du Queyras, du Pelvoux et du Champsaur), ainsi que dans le Mercantour, 50 ou 60 cm dans les autres massifs ; moitié moins en versant sud.
À 2500 m, les épaisseurs de neige atteignent, en versant nord, 1,40 m à 1,60 m dans la partie nord-est des Hautes-Alpes et le Mercantour, 90 cm à 1,10 m dans les autres massifs. En versant sud, elles sont de 30 à 50 cm moindres. 
 

Corse

Il n'a quasiment pas neigé depuis le 10 février mais l'enneigement reste très bon pour la saison sur les massifs corses. Depuis cette date, sous l'effet d'un temps calme, le plus souvent ensoleillé et avec des températures très douces pour la saison (isotherme 0 °C entre 2000 et 2500 m puis au-dessus de 3000 m depuis le 21), la neige a un peu fondu aux plus basses altitudes et dans les pentes ensoleillées.
 
On trouve de la neige à partir de 1000 ou 1100 m en versant nord, 1200 à 1400 m en versant sud. Plus haut, les épaisseurs deviennent rapidement importantes et nettement excédentaires. Dès 1500 m, elles atteignent encore 40 à 50 cm dans le massif du Cinto et du Rotondo et sont de l'ordre d'1 m plus au sud dans celui du Renoso. Vers 2000 m, elles sont partout de 2 m en moyenne. Toutefois, à haute altitude, l'enneigement est irrégulier et certaines crêtes ont été presque dégarnies par le vent.
Quelques mesures dans les postes d'observation : 1,20 m à Bastelica (1620 m), pour une moyenne de 80 cm, et 2 m à Ghisoni Capanelle, à 1850 m. À la station automatique de la Maniccia (Cinto-Rotondo, 2350 m), on mesure une hauteur de neige au sol de 2,65 m, une valeur un peu supérieure à la moyenne de saison (2,20 m).
 

Pyrénées

Après une dizaine de jours d'un temps printanier, l'enneigement, qui était un peu excédentaire, présente désormais des valeurs proches des normales de saison.
 
Le tassement et la diminution des hauteurs de neige sont surtout sensibles à basse altitude et dans les versants les plus ensoleillés.
Dans la majeure partie de la chaîne, la neige débute maintenant vers 1300 à 1400 m mais les hauteurs de neige augmentent assez rapidement avec l'altitude. L'épaisseur de neige au sol en versant nord atteint 50 cm à 1500 m, 80 cm à 1800 m ; ce sont des hauteurs conformes aux valeurs moyennes de la saison. 
Dans les Pyrénées-Orientales, la neige débute un peu plus haut, vers 1700 m d'altitude, mais atteint environ 70 cm dès 2000 m. 
Au-dessus de 2000 m, les hauteurs de neige sont importantes dans l'ouest et l'extrême est de la chaîne, atteignant 1,50 m à 2 m, des valeurs un peu supérieures aux moyennes de la saison. Ainsi la hauteur de neige mesurée à la station automatique du lac d'Ardiden (Hautes-Pyrénées, 2450 m) atteint 2,35 m, pour une moyenne de 2 m et 1,45 m à celle du Canigou (Pyrénées-Orientales, 2150 m), pour une moyenne de 1 m. En revanche, à la station automatique du Port d'Aula (ouest de l'Ariège, 2150 m), la hauteur de neige mesurée, 1,15 m, reste en deçà de la valeur de saison (1,70 m).
 

Vosges, Jura et Massif central

Du fait de la rareté des chutes de neige depuis le début de l'hiver et du temps sec et doux qui règne depuis maintenant deux semaines, l'enneigement est actuellement très modeste dans tous les massifs de moyenne montagne.
 
Dans les Vosges, l'enneigement est très faible.
La neige est présente à partir de seulement 900 ou 1000 m dans le massif des Hautes-Vosges, 1100 m dans celui du ballon d'Alsace. Au-dessus, son épaisseur ne dépasse pas 10 à 20 cm.
 
Dans le Jura, l'enneigement est également très réduit.
La neige est présente à partir de 1100 à 1200 m selon l'exposition. Au-dessus, l'épaisseur de neige est très variable entre les secteurs exposés et ceux bien abrités. Ainsi, à 1200 m, on trouve entre 5 et 30 cm, à 1400 m entre 10 et 50 cm.
 
Dans le Massif central, l'enneigement est aussi très modeste, les conditions sont printanières, plutôt dignes d'une fin mars.
Dans le massif du Sancy et celui du Cantal, on trouve de la neige à partir de 1300 m en versant nord, 1500 m en versant sud. À 1500 m, on relève environ 30 cm en versant nord, 5 cm en versant sud.
L'enneigement dans le massif du Mézenc est redevenu également faible : il n'est plus continu en versant sud (hors forêts) et ce à toutes les altitudes. En versant nord, il débute vers 1400 m, où l'on relève 20 cm ; à 1500 m, on relève 30 à 50 cm, 70 à 80 cm près des sommets.
 
 

Actualité par Météo-France