Imprimer Envoyer á un ami

Février : première quinzaine très douce

15/02/2017

Après un mois de janvier qui avait connu plusieurs pics de froid notamment durant la seconde quinzaine, les quinze premiers jours de février ont été marqués par la douceur. Cette situation s'explique par la présence d'un solide anticyclone (à plus de 1030 hPa) sur la Mer Baltique et parallèlement  de la dépression d'Islande qui se prolonge par un couloir dépressionnaire jusqu'au golfe de Gascogne. Les deux conjugués ont placé la France dans des flux à dominante sud assez doux mais aussi parfois perturbés, notamment dans l'Ouest et le Sud.

Carte Nord Atlantique de la moyenne de la pression au niveau de la mer entre le 1er et le 14 février 2017
Carte Nord Atlantique de la moyenne de la pression au niveau de la mer entre le 1er et le 14 février 2017 © Météo-France
(Cliquer sur l'illustration pour l'agrandir)

Côté températures, une certaine douceur

La douceur qui s'était installée fin janvier a le plus souvent persisté durant cette première quinzaine malgré un intermède frais entre le 9 et le 11 février. Deux périodes plus douces se détachent : le début du mois (avec notamment les premiers 20°C de la saison atteints les 31 janvier et 1er février à Biarritz) et la période actuelle (entre les 13 et 15 février). Mercredi 15 février en effet, à la faveur d'un ensoleillement souvent généreux, les températures ont grimpé jusqu'à 20°C à Dax, 19°C à Bordeaux et Chateauroux, 18°C à Nevers et Bourges et 17°C à Paris, Lyon et Toulouse. Ces températures sont dignes d'une fin de mois d'avril, voire début mai localement. Une douceur, moins marquée, se maintiendra ces prochains jours.
Indicateur quotidien de température moyenne sur la France du 1er au 17 février 2017
Indicateur quotidien de température moyenne sur la France du 1er au 15 février 2017 © Météo-France
(Cliquer sur l'illustration pour l'agrandir)

Un ciel souvent mitigé

Côté ciel, le tableau s'avère moins printanier. Les hautes pressions étant assez éloignées sur le nord-est du continent, les perturbations atlantiques ont pu s'infiltrer sur le pays, notamment dans l'Ouest et le Sud. Deux épisodes de pluies intenses en Méditerranée ont apporté localement plus de 200 millimètres* de pluie. Le premier s'est produit sur l'est de la Corse les 8 et 9 janvier, le second sur le sud du Languedoc-Roussillon (comme l'Hérault) les 13 et 14 février. Conséquence de ces intrusions nuageuses, le soleil n'a pas brillé généreusement, surtout près du Bassin méditerranéen où le déficit dépasse les 50 % par rapport à la normale**.
 
Rapport à la moyenne mensuelle de la durée d'ensoleillement sur la France du 1er au 14 février 2017
Rapport à la moyenne mensuelle de la durée d'ensoleillement sur la France du 1er au 15 février 2017 © Météo-France
(Cliquer sur l'illustration pour l'agrandir)
 
 
* : 1 millimètre = 1 litre d'eau par mètre carré
** : normales calculées sur la période 1991-2010