Imprimer Envoyer á un ami

Retour sur un weekend tempétueux

06/02/2017

Dans un flux rapide d'altitude très perturbé sur l'Atlantique positionné plus au sud qu'à l'accoutumée, des dépressions se sont creusées en série sur le Proche-Atlantique. Trois tempêtes se sont ainsi succédé sur la France du vendredi 3 au dimanche 5 février. Si la première, Kurt, a concerné principalement le nord-ouest du pays, la deuxième, Leiv, s'est enfoncée plus franchement dans le territoire, traversant la France des côtes charentaises au Nord-Est en passant par le nord du Massif central. Enfin, la tempête dénommée Marcel a terminé la série avec un axe de vents forts sur le littoral atlantique qui s'est ensuite décalé vers le Sud-Est. Certaines régions de l'Hexagone ont été affectées par les trois tempêtes. Ainsi, au Cap Ferret, on n'avait jamais observé une telle série de rafales dépassant 120 km/h sur trois jours consécutifs. Retour sur la chronologie des évènements et caractérisation de ces 3 épisodes tempétueux.

Pour en savoir plus sur l'historique des tempêtes en métropole, consultez notre site dédié.

Kurt, jusqu'à 130 km/h sur le littoral atlantique

Vendredi 3 février, une première tempête nommée Kurt a touché les côtes de la Nouvelle Aquitaine et du sud des Pays de Loire vers 12h, puis s'est rapidement affaiblie en traversant la France vers le nord-est pendant la soirée. Cette petite tempête n'a concerné qu'une faible partie du territoire (moins de 2% de l'Hexagone ont connu des vents supérieurs à 100 km/h).

 Le vent a soufflé fort, entre 110 et 130 km/h, du littoral breton au littoral charentais. Les rafales les plus fortes ont été mesurées à Ouessant (Finistère) avec 136 km/h. On a relevé 120 km/h sur l'île de Groix (Morbihan), 131 km/h sur la pointe de Chemoulin (Loire Atlantique), 127 km/h sur l'île d'Yeu, 120 km/h à Saint-Clément des Baleines (Charente maritime) et 122 km/h au Cap Ferret (Gironde). Plus dans les terres, les rafales ont atteint 112 km/h à Nantes et 114 km/h à Scille (Deux-Sèvres).

Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Kurt le 3 février 2017
Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Kurt le 3 février 2017 © Météo-France (cliquez sur l'animation pour l'agrandir)

Leiv, la plus intense et la plus généralisée

Une deuxième tempête, Leiv, a atteint les côtes de la Nouvelle Aquitaine le 4 février en fin de nuit et a violemment balayé l'ensemble de la région. Elle a ensuite traversé le Massif central avant de s'évacuer vers l'est en fin d'après-midi. C'est la plus intense de la série, avec 9% du territoire touchés par des vents de plus de 100 km/h. Leiv ne présente pas de caractère exceptionnel ; c'est une tempête hivernale modérée, comme celles qui traversent la France deux fois par an en moyenne.

Dans la nuit, les rafales maximales ont atteint près de 150 km/h localement sur le littoral et ont parfois largement dépassé les 100 km/h dans les terres des Charentes au Massif central.La plus forte rafale a été mesurée au Cap Ferret (Gironde) avec 148 km/h. En comparaison, on a avait mesuré 173 km/h lors du passage des tempêtes Martin de décembre 1999 et Klaus de janvier 2009. On a relevé 144 km/h à Royan,  loin des 194 km/h observés au passage de de la tempête Martin, 114 km/h à La Rochelle, 135 km/h à Vendys-Montalivet (Gironde) et 132 km/h à Biscarosse (Landes).

Le vent a soufflé jusqu'à 120 km/h à Bordeaux, autant que lors de la tempête Xynthia, mais moins que lors des tempêtes Martin (144 km/h) et Klaus  (160 km/h). On a relevé 128 km/h à Cognac.

L'axe de vent fort s'est ensuite décalé vers le centre du pays dans la matinée avec des rafales à 100 km/h : 104 km/h à Limoges, 98 km/h à Vichy, 92 km/h à Bourges. Le vent a même atteint la valeur remarquable de 127 km/h à Clermont-Ferrand, qui constitue un record mensuel, loin toutefois des 158 km/h de Martin mesurés en décembre 1999.

Enfin, la tempête a perdu de son intensité en arrivant sur les régions du centre-est, avec des rafales généralement comprises entre 80 et 100 km/h. On a par exemple relevé 94 km/h à Dijon et 92 km/h à Lons-le-Saunier.

Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Leiv le 4 février 2017
Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Leiv le 4 février 2017 © Météo-France (cliquez sur l'animation pour l'agrandir)

Marcel, du littoral atlantique jusqu'au Sud-Est

Une troisième tempête, Marcel, a touché les côtes landaises le dimanche 5 février en milieu de journée et a balayé l'Occitanie durant la nuit, avant de s'évacuer vers la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les vents violents n'ont concerné une faible proportion du territoire (environ 2% du territoire touché par des vents supérieurs à 100 km/h.

Sur le littoral atlantique, les rafales maximales étaient comprises entre 110 et 130 km/h, localement 140 km/h, comme à Messanges (Landes) ou au Cap Ferret où on a même relevé 141 km/h pour ce troisième jour de vent violent. On a relevé 100 km/h à la Rochelle et 111 km/h à Biarritz, et plus dans les terres, 99 km/h à Rennes, 102 km/h à Bordeaux, 97 km/h à Dax. Sur les crêtes pyrénéennes, le vent a soufflé violemment : 202 km/h à Envalira à 2400 m à la frontière avec l'Andorre, 152 km/h au Pic du Midi à 2880 m. Sur le piémont pyrénéen, les rafales ont approché les 100 km/h comme à Pau ou Tarbes. La tramontane s'est renforcée en début de nuit et le vent a soufflé fort sur le Languedoc-Roussillon. Dans les Pyrénées Orientales, on a relevé 138 km/h à Serralongue, 133 km/h à Caixas et 126 km/h à Perpignan. Sur le littoral, le vent a atteint les 162 km/h  au Cap Bear.

Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Marcel les 5 et 6 février 2017

Estimation des rafales maximales en km/h au passage de la tempête Marcel les 5 et 6 février 2017 © Météo-France (cliquez sur l'animation pour l'agrandir)

 

Actualité par Météo-France