Imprimer Envoyer á un ami

Japon, Grands lacs, Turquie : neige abondante localisée

14/12/2016

En ce début d'hiver 2016, le nord-ouest du Japon, les Grands Lacs américains et le nord-est de la Turquie ont connu d'abondantes chutes de neige très localisées, avec des températures parfois très basses. En cause, ce que les météorologues appellent « l'effet de lac », un phénomène qui n'est pas rare dans ces régions.

D'important cumuls de neige en différents endroits du globe...

Au Japon, en marge d'une dépression circulant au nord de l'archipel, un régime instable de nord-ouest a apporté le 10 décembre une couche de neige supplémentaire de 55 cm sur des sols déjà enneigés à Sapporo, sur l'île d'Hokkaido.

En Turquie et en Géorgie, d'abondantes précipitations ont été observées le 13 décembre sur les rivages sud et est de la mer Noire avec 122 mm* en 24h relevés mercredi 14 au petit matin à Hopa (Turquie). Ces précipitations sont d'abord tombées sous forme de pluie avant de se transformer en neige en cours de nuit. Mercredi 14, la neige continuait de  tomber sur la région. Ces quantités ont produit des hauteurs de neige de 50 cm ou plus sur les premières hauteurs.

Du côté des Grands Lacs américains, les 20 et 21 novembre derniers, une première offensive de nord-ouest a apporté à Syracuse (état de New-York) sur les bords du lac Ontario plus de 50 cm de neige. Depuis, le continent nord-américain a connu une puissante descente d'air froid arctique : les températures ont chuté dès le 5 décembre dans le nord-ouest canadien et, depuis le 8 décembre, des conditions franchement hivernales se sont installées aux abords des Grands Lacs. Ces conditions vont se maintenir et s'accentuer avec de nouvelles chutes de neige localement abondantes attendues dès ce mercredi sur les rives sud et est des Grands lacs.

* 1 mm = 1 L/m2

Température à 850 hPa du mercredi 14 décembre à 6h UTC au samedi 17 décembre à 15h UTC (en violet et bleu les masses d'air polaire, en jaune et vert les masses d'air doux). Animation issue du modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France
Température à 850 hPa ( du mercredi 14 décembre à 6h UTC au samedi 17 décembre à 15h UTC : en violet et bleu les masses d'air polaire, en jaune et vert les masses d'air doux). Animation issue du modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France © Météo-France (Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

…  causés par l'« effet de lac »

Point commun à ces régions touchées par ces importants cumuls de neige : ce sont des rivages exposés aux courants continentaux froids qui s'humidifient et se réchauffent au-dessus d'une masse d'eau plus douce, respectivement  la mer du Japon, la mer Noire et les Grands Lacs. On parle d' « effet de lac ». À noter qu'à cette configuration géographique particulière, s'ajoute pour les deux premiers sites un relief escarpé très proche du littoral, qui favorise le blocage orographique et augmente les cumuls de neige. Le nord-ouest du Japon est ainsi considéré l' une des zones les plus fortement neigeuses de la planète (en cumul annuel), ce qui lui vaut son appellation de Yukiguni : le pays de la neige.

Effet de lac

Voir notre dossier complet sur la neige en plaine et l'effet de lac.

Un phénomène plus rare mais déjà observé en Europe de l'Ouest

Plus près de chez nous, les rivages anglais de la mer du Nord et de la mer d'Irlande comme les côtes normandes sont également susceptibles de connaître de tels phénomènes. Ainsi,  la Normandie avait connu d' importantes chutes de neige en mars 2005 ou plus récemment en mars 2013. Lors de cet épisode tardif, des chutes de neige exceptionnelles avaient touché le Nord-Ouest de l'Hexagone des Côtes d'Armor à la Normandie et à l'Île-de-France jusqu'au Nord-Pas-de-Calais. À la clef, des hauteurs de neige remarquables, généralement comprises entre 10 et 20 cm, voir exceptionnelles comme en Basse-Normandie (20 à 40 cm). Un vent de Nord-Est soutenu, violent près des côtes de la Manche, avait favorisé l'accumulation de la neige et la formation de congères de plus de 1 m de haut, voire localement 2 m.

© Météo-France  
La Normandie enneigée, le 14 mars 2013 (satellite TERRA) © Météo-France