Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 24 février 2016

25/02/2016

Dans l'ensemble des massifs montagneux français, les chutes de neige du mois de février ont bien amélioré un enneigement jusque là très déficitaire. Mais, du fait de la persistance d'une douceur parfois remarquable, l'enneigement n'a retrouvé des valeurs conformes à la saison qu'en altitude (au-dessus de 1400 à 2200 m selon le massif).
Ainsi, l'enneigement est globalement dans les normes de saison dans les Alpes et les Pyrénées, sauf à basse et moyenne altitude. En Corse, il reste en revanche déficitaire à toutes altitudes, ainsi que dans tous les massifs de moyenne montagne.

La France, le 21 février 2016 à la mi-journée, vue par le satellite météorologique en orbite polaire Suomi NPP. Toute la moitié sud du pays est sans aucun nuage. Les Pyrénées, le Massif central, les Alpes, le sud du Jura et la Corse sont par conséquent bien visibles, ainsi que leur couverture neigeuse. Le nord du Jura et les Vosges sont en revanche sous la couche de nuages qui recouvre toute la moitié nord de l'Hexagone. © Météo-France
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Alpes du Nord

L'enneigement a de nouveau un peu diminué dans l'ensemble des Alpes du Nord à cause de la très grande douceur dimanche 21 février et surtout de la pluie qui est tombée le lendemain jusque vers
2300 m d'altitude. Le rafraîchissement qui s'est produit  depuis, accompagné de chutes de neige à plus basse altitude (5 à 15 cm vers 1800 m), maintient toutefois une bonne qualité de neige en surface.
À basse altitude, l'enneigement est le plus souvent très faible, nettement déficitaire pour cette période de l'hiver. Il est un peu meilleur en Haute-Savoie, où la neige est présente à partir 900 m en versant nord et vers 1200 m en versant sud, mais de plus en plus faible en direction du sud. Le sol est ainsi enneigé seulement à partir de 1300 m en versant nord, 1500 m en versant sud dans les massifs situés au sud de l'Isère.
À plus haute altitude, l'enneigement est plus contrasté : conforme aux normales dans les Savoies et dans le massif isérois des Grandes Rousses, il reste déficitaire dans le reste de l'Isère.
En versant nord, l'épaisseur de neige à 1500 m se situe entre 1,10 m et 1,40 m en Haute-Savoie ainsi que dans le massif du Beaufortain. Dans les autres massifs, elle est le plus souvent comprise entre
50 cm et 80 cm. À 2000 m, elle atteint 2 m ou un peu plus en Haute-Savoie ainsi que dans les Bauges et le Beaufortain, et est voisine de 1,50 m dans les autres massifs, sauf dans les massifs isérois de la Chartreuse, de Belledonne et du Vercors où elle ne dépasse pas 80 cm à 1,10 m. À 2500 m, l'épaisseur du manteau neigeux est comprise entre 2 et 3 m selon le massif, un peu moins en Maurienne et Haute-Maurienne.
En versant sud, les quantités sont inférieures d'environ un tiers à celles présentes en versant nord.

Alpes du Sud

Comme dans les Alpes du Nord, l'enneigement a diminué, surtout en dessous de 2000 m sous l'effet d'un temps doux et parfois pluvieux. Les limites d'enneigement sont ainsi remontées, vers 1200 m en versant nord, 1500 à 1700 m en versant sud. Les épaisseurs de neige sont généralement voisines des normales en altitude (à partir de 1800 à 2000 m), sauf dans les massifs des Alpes-Maritimes, où elles présentent un déficit modéré. Plus bas, elles sont le plus souvent déficitaires. Ce déficit est toutefois moins marqué dans les massifs intérieurs les plus au nord : Champsaur, Pelvoux, Thabor et ouest du Queyras.
Vers 1500 m, il ne reste généralement que 10 à 20 cm de neige en versant nord, mais encore 40 cm dans le Pelvoux et le Champsaur.
À 2000 m, l'épaisseur de neige en versant nord est le plus souvent voisine de 1 m, mais elle ne dépasse pas 70 cm dans le Queyras et 40 cm dans le Dévoluy. À 2500 m, elle est comprise entre 1,10 m et 1,50 m, un peu moins dans le Dévoluy. En versant sud, ces épaisseurs sont environ moitié moindres.

Corse

L'enneigement s'était un peu amélioré au-dessus de 1800 m avec les chutes de neige qui se sont produites durant la première quinzaine de février. Mais la douceur de ces derniers jours a de nouveau mis à mal le manteau neigeux, qui s'est humidifié en profondeur. Par conséquent, l'enneigement reste très déficitaire à toutes altitudes et la pratique du ski de randonnée délicate. Un tel manque de neige en février n'a pas été observé au cours des vingt dernières années.
L'enneigement débute dans les deux massifs vers 1400 m en versant nord, 1700 ou 1800 m en versant sud. Son épaisseur croît ensuite assez rapidement avec l'altitude.
À 2000 m, l'épaisseur de neige au sol est voisine de 60 ou 70 cm en versant nord, 40 cm en versant sud. À 2500 m, elle est de l'ordre de 1 m en versant nord, 70 cm en versant sud.

Pyrénées

Grâce aux précipitations de la première moitié du mois de février, l'épaisseur du manteau neigeux s'est régulièrement accrue. Mais, du fait de températures souvent douces, cet accroissement a été important surtout au-dessus de 2200 m, où les épaisseurs de neige au sol retrouvent des valeurs conformes à la saison. Les hauteurs de neige atteignent ainsi maintenant 2 m à 2500 m d'altitude dans l'ouest de la chaîne, une altitude qui correspond au haut des pistes des stations de ski. Dans la partie centrale-est de la chaîne, ces hauteurs sont à peine inférieures, entre 1,50 m et 1,80 m, tandis qu'elles sont nettement moindres dans les massifs des Pyrénées-Orientales : un peu moins de 1 m dans le massif du Capcir-Puymorens et environ 35 cm dans celui de Cerdagne-Canigou. À moins haute altitude, l'enneigement est généralement déficitaire d'environ 30 % à 2000 m, avec en général autour de 1 m de neige, mais, là encore, seulement 55 cm dans le massif du Capcir-Puymorens et 15 cm dans celui de Cerdagne-Canigou. Plus bas, vers 1700 ou 1800 m, l'épaisseur du manteau neigeux est généralement comprise entre 30 et 50 cm, soit environ la moitié de la valeur moyenne à cette époque de l'année. Dans les Pyrénées-Orientales, il n'y a guère plus de 10 à 25 cm de neige.
La limite basse de l'enneigement dans les versants nord se situe le plus souvent vers 1400 m, 1600 m en Cerdagne-Canigou. En versant sud, elle est à 1700 ou 1800 m, 2000 ou 2100 m dans les Pyrénées-Orientales.

Le Néouvielle, dans le massif de Haute-Bigorre (Hautes-Pyrénées), le 19 février 2016.
© Météo-France - Dominique Vrécourt

Vosges, Jura, Massif central

Dans les Vosges, l'enneigement pâtit de températures douces pour un mois de février. Il est actuellement un peu meilleur dans la partie nord du massif que dans la partie sud. Il débute partout vers 800 m d'altitude en versant nord, à peine plus haut en versant sud. À 1000 m, L'épaisseur de neige au sol est comprise dans la partie nord du massif entre 15 et 25 cm selon l'orientation, entre 10 et 15 cm dans la partie sud. À 1200 m, elle atteint, selon l'orientation, 55 à 70 cm au nord et 40 à 50 cm au sud.
Dans le Jura, l'enneigement reste modeste, du fait d'une alternance de chutes de neige et d'épisodes très doux parfois accompagnés de pluie. Il débute vers 1000 m d'altitude. À 1200 m d'altitude, l'épaisseur de neige est comprise entre 30 et 50 cm dans les secteurs peu ensoleillés, entre 10 et
25 cm dans les secteurs mieux exposés. À 1400 m, il y a autour de 80 cm de neige dans les secteurs ombragés, 20 à 40 cm dans ceux exposés au soleil.
Dans le Massif central, du fait de la douceur des températures, l'enneigement reste également modeste, sauf aux altitudes les plus élevées. Il débute partout vers 1200 m. L'épaisseur de neige au sol en versant nord dans le massif du Sancy est de 5 cm à 1300 m, puis atteint 1,10 m à 1500 m. Dans les monts du Cantal, elle est de 30 cm à 1300 m, 70 cm à 1500 m. En versant sud, ces épaisseurs sont inférieures environ de moitié.

 

Actualité par Météo-France