Imprimer Envoyer á un ami

Un nouveau radar dans les Alpes du Sud pour mieux observer les précipitations et gérer les risques naturels

19/09/2013

Le deuxième radar déployé dans le cadre du projet RHyTMME* a été inauguré le 19 septembre. Implanté sur le mont Colombis à 1770 mètres d'altitude sur la commune de Théus (Hautes-Alpes), il rejoint le radar de la montagne Maurel (Alpes-de-Haute-Provence), entré en service au printemps 2011. Un troisième radar, installé à l'été 2013 au sommet de Vars-Mayt (Hautes-Alpes), sera prochainement intégré au réseau.
Le projet RHyTMME, lancé en 2008 par Météo-France et Irstea, vise à mettre en place dans les Alpes du Sud un réseau de radars en bande X adaptés à l'observation en montagne. Leurs données sur la localisation et l'estimation des cumuls de précipitations, délivrées en temps réel, sont expertisées et croisées avec d'autres informations. Grâce à elles, les scientifiques espèrent améliorer les prévisions et les services d'avertissement destinés aux acteurs locaux en charge de la gestion des risques.

* RHyTMME : Risques hydrométéorologiques en territoires de montagnes et méditerranéens


Une région vulnérable

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est particulièrement vulnérable aux inondations, crues torrentielles et mouvements de terrain. Dans les zones montagneuses, ces phénomènes peuvent survenir en très peu de temps, car les bassins versants, de petite taille et pentus, transfèrent brutalement les précipitations vers les torrents et les rivières. Les gestionnaires des risques ont par conséquent besoin d'être avertis en temps réel de l'imminence probable de ces phénomènes soudains.


Des radars adaptés à l'observation en montagne

Afin de développer des services d'avertissement adaptés à leurs problématiques, une bonne couverture des territoires par les radars hydrométéorologiques est indispensable. Ces instruments sont aujourd'hui les seuls capables de fournir une vision cartographique des précipitations dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres avec une précision de l'ordre du km2.
Au lancement du projet RHyTMME, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur était couverte par trois radars du réseau géré par Météo-France, implantés à Nîmes, Collobrières et Bollène. Très utiles pour mesurer les précipitations en plaine, ils sont insuffisants pour couvrir les zones montagneuses car les reliefs masquent leur vision.
Les radars du réseau RHyTMME complètent la couverture sur les Alpes du Sud. Ils bénéficient d'une conjugaison de technologies innovantes qui les rend particulièrement adaptés à l'observation en zone de montagne. De portée plus limitée (50 km vs 100 km) que les radars implantés en plaine, ces radars "Doppler bipolarisés en bande X »  sont aussi plus petits, ce qui facilite leur installation en montagne. Grâce aux deux ondes émises (au lieu d'une pour les radars classiques), leur vision est par ailleurs améliorée en cas de fortes précipitations, lorsque le rideau de pluie, neige ou grêle risque de l'obstruer.


Améliorer la gestion des risques naturels en montagne

Sur la base des données fournies par les radars et de données hydrologiques et morphologiques au sol, les scientifiques de Météo-France et d'Irstea ont mis au point de nouveaux services d'avertissement pour qualifier le caractère plus ou moins exceptionnel des précipitations et des débits et pour avertir de l'imminence probable de laves torrentielles ou de mouvements de terrain. Accessibles depuis une plateforme extranet expérimentale, ces services d'avertissement sont testés depuis l'automne 2011 par un groupe représentatif de futurs utilisateurs, en lien avec les services de l'Etat en charge de la prévision des crues. Les retours d'expérience permettent aux pilotes du projet d'ajuster les services et leur ergonomie.
Les tests se poursuivront jusqu'à fin 2014.


RHyTMME est co-financé avec la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Union européenne et le Ministère du Développement durable, dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013.

 

Actualité par Météo-France