Imprimer Envoyer á un ami

Fortes amplitudes thermiques : explications

10/04/2015

À la faveur d'une situation anticyclonique et d'une masse d'air douce et très sèche, de nombreuses stations ont enregistré ces derniers jours des écarts de température remarquables entre le matin et l'après-midi. Dans certaines stations, particulièrement vers le Massif Central, l'amplitude a dépassé les 25°C. On a ainsi relevé 26,6°C d'amplitude à Aubusson (Creuse) jeudi 9 avril, 26,4°C à Argentat (Corrèze) mercredi 8, 26,2°C à Issoire (Puy-de-Dôme) jeudi 9. Bien que ces stations enregistrent régulièrement de forts écarts (les écarts maximum constatés y avoisinent les 29°C), il s'agit de valeurs remarquables pour un mois d'avril.
Dans un contexte toujours anticyclonique, après une baisse temporaire samedi 11, surtout sensible au nord, les températures devraient remonter à partir de dimanche 12. Les amplitudes diurnes devraient rester importantes en début de semaine prochaine.
 

Un record national de 37,8°C à Mouthe

Le record national de la plus forte amplitude thermique diurne est détenu par Mouthe (Doubs, 939m d'altitude). On y a relevé, le 13 janvier 1968, -36,7°C le matin, pour une maximale de 1,1°C l'après-midi, soit 37,8°C d'amplitude. Plus récemment, le 19 février 2003, c'est également dans le massif du Jura qu'on a relevé à Chaux-des-Près (877 m) une amplitude de 34,8°C avec -24,3°C le matin, et 10,5°C l'après-midi.

En plaine, on peut citer, dans la période récente, le record détenu par Trensacq dans la forêt landaise avec 31,7°C d'amplitude relevés le 5 septembre 1986  (0,8°C le matin et 32,5°C l'après-midi).
 

Des situations typiques en fin d'hiver ou début du printemps

Ces situations de fortes amplitudes thermiques se produisent le plus souvent en fin d'hiver ou début du printemps, parfois en fin d'été ou début d'automne. Les nuits sont alors assez longues pour permettre un refroidissement conséquent, et la vigueur de l'ensoleillement diurne permet un réchauffement suffisant. Une masse d'air sèche, qui laisse passer le rayonnement, favorise un plus fort refroidissement nocturne, et facilite un fort réchauffement diurne.

Les régions de montagne, où l'air est naturellement plus sec, sont plus facilement soumises à une masse d'air très sèche en situation anticyclonique (subsidence de grande échelle, inversion thermique), qui favorise ces situations. Il en est de même pour les lieux situés dans des cuvettes (« trous à froid »), où l'air froid s'accumule par ciel clair la nuit, et qui surchauffent plus naturellement le jour.

Pour toutes ces raisons, il est logique que des stations d'altitude moyenne, proches ou dans les massifs montagneux, dans des lieux encaissés (cuvettes, vallées bien marquées), présentent, en situation anticyclonique, des amplitudes importantes aux saisons intermédiaires.

Carte d anomalie de température minimale sur la France le 9 avril 2015           Carte d anomalie de température maximale sur la France le 9 avril 2015
Anomalies de température minimale (à gauche) et maximale (à droite) du 9 avril 2015. On voit ainsi le passage de matinées encore froides à des après-midi très doux. Cliquer sur les cartes pour les agrandir.

 

 

 

Actualité par Météo-France