Imprimer Envoyer á un ami

Amérique du Nord : un mois de février exceptionnel

03/03/2015

Le mois de février 2015 a été très contrasté sur le continent nord-américain, avec une douceur record à l'Ouest et un froid exceptionnel sur l'Est. Certaines villes de l'est n'avaient jamais connu de mois aussi froid depuis le début des relevés -tous mois confondus- et ce parfois depuis le 19e siècle. Des records d'enneigement ont été battus sur ces régions, à Boston par exemple. À l'inverse, à l'ouest du continent, ce mois de février a été le mois de février le plus doux jamais enregistré, une tendance que l'on retrouve sur l'ensemble de la saison hivernale.

Froid et neige records à l'Est

Dans la région des Grands Lacs, certaines villes ont connu en février le mois le plus froid jamais mesuré (tous mois confondus) : c'est le cas de Buffalo (état de New York), avec -11,7°C (normale de -3,2°C), Syracuse (-12,8°C), mais aussi de Toronto (Canada), avec -12,6°C (8 degrés au-dessous des normales). Des anomalies d'une telle ampleur (8 à 9°C sous les normales) ont été observées sur la plupart des stations des Grands Lacs au Nord-Est (état du Maine). À New York, il faut remonter à 1934 pour retrouver un froid comparable sur un mois d'hiver (décembre-janvier-février).
Autre fait marquant traduisant cette situation exceptionnelle : l'absence de redoux, pourtant typiques d'un hiver plus classique. À Toronto, on a ainsi connu 37 jours consécutifs sans dégel, une valeur proche des records. Cette série pourrait s'interrompre mardi 3 mars en fin de journée, avec l'arrivée d'air plus doux.
L'enneigement a été exceptionnel sur ces mêmes régions, avec un cumul record de 1 m 65 de neige tombée à Boston, ce qui fait de février 2015, de loin, le mois le plus enneigé jamais observé. Le total mesuré sur la saison froide y atteint 2 m 64 (contre une normale de 86 cm). L'observatoire météorologique voisin de Blue Hill a enregistré l'hiver le plus neigeux depuis le début des observations en 1885.

Douceur record à l'Ouest

Pendant la même période, sur l'ouest du continent, les conditions ont été exceptionnellement douces. Février 2015 est le mois d'hiver le plus doux jamais mesuré à San Francisco (15,3°C), Las Vegas (15,6°C), Portland (9,6°C), Seattle (9,3°C), et Salt Lake City (6,6°C) dans les Rocheuses, des valeurs 3 à 4°C au-dessus des normales. De la Californie à Seattle, la saison hivernale qui s'achève a été la plus douce jamais enregistrée. En Californie, l'enneigement des montagnes est à un niveau historiquement bas, ce qui risque d'aggraver la sécheresse déjà bien installée.

Une situation météorologique bloquée

La situation météorologique est restée bloquée sur un schéma inhabituellement persistant que certains météorologues américains ont baptisé «ridiculously resilient ridge ». Une dorsale d'air chaud et sec d'altitude a persisté pendant toute la saison sur l'ouest du continent, en remontant très au nord, ce qui a provoqué des écoulements à répétition du vortex polaire vers la moitié est du continent nord-américain. Cette situation pourrait résulter des températures de surface de la mer inhabituellement élevées dans le nord-est du Pacifique, elles-mêmes liées au changement de circulation atmosphérique récemment observé dans le bassin.
 

Anomalies de géopententiel à 500 hPa - février 2015
Anomalies de géopententiel à 500 hPa - février 2015
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Pendant cette période, le courant-jet a suivi une trajectoire inhabituelle, en faisant un coude marqué vers le nord-ouest du continent, avant de redescendre très au sud sur la moitié est, ce qui explique les fréquentes tempêtes observées sur l'est du continent.

Actualité par Météo-France