Imprimer Envoyer á un ami

Bilan 2011 du foudroiement en France

24/01/2012

© Météorage Evolution mensuelle du nombre d'éclairs nuage-sol enregistré en France en 2011. On remarque le départ précoce de l'activité orageuse en avril, le gros déficit en juillet et les épisodes Cévenols dans le Sud-Est au mois de novembre.
 

L'année 2011 qui s'est révélée être l'année la plus chaude que l'Hexagone ait connue depuis 1900 sur la France aurait pu être propice à un niveau élevé de foudroiement. Le nombre d'impacts de foudre enregistrés par Météorage en 2011 est en fait relativement modeste. En cela le bilan se rapproche de l'année 2010 qui compte parmi les années à faible niveau de foudroiement.

Environ 430.000 éclairs nuage-sol1 ont été localisés sur le territoire français2 par le réseau national de détection de la foudre de Météorage, en recul de 14% par rapport à la moyenne des 20 dernières années.

Pourtant la saison orageuse avait commencé dès le mois d'avril, avec 193.000 éclairs nuage-sol enregistrés à fin juin, soit 45% de l'activité de l'année, et le record journalier pour 2011 est atteint le 4 juin. Rien d'étonnant puisque « le printemps 2011 se positionne au premier rang des printemps les plus chauds ». Mais ensuite, les températures fraiches du mois de juillet n'ont pas favorisé la production d'orages, entrainant un déficit de foudroiement notable sur l'année. En effet seulement 45.000 éclairs nuage-sol ont été répertoriés en juillet (voir illustration) à comparer aux 150.000 enregistrés en moyenne sur les 20 dernières années pour la même période..

A noter que l'automne chaud et humide dans les régions méditerranéennes a favorisé un développement orageux important dans le Sud-Est avec un épisode Cévenol particulièrement tardif début novembre.

Au niveau régional, la région Provence Alpes Côtes d'Azur reste la plus foudroyée devant Rhône-Alpes et Languedoc Roussillon.

 

(1) Un éclair nuage-sol est la décharge électrique qui se produit entre le nuage d'orage, le cumulonimbus et la Terre. Cette décharge génère un courant électrique très intense, de plusieurs dizaines de milliers d'Ampère, qui produit en retour le flash lumineux et le tonnerre. On l'appelle aussi : flash, coups de foudre ou arc en retour. Les nombres d'éclairs sont exprimés en flash.
(2) La surface prise en compte pour le comptage des éclairs nuage-sol est celle comprise dans les limites administratives de la France.

 

 

Météorage
Depuis 25 ans, Météorage , filiale de Météo France, est l'opérateur du réseau français de détection de la foudre. Météorage produit et distribue en Europe des services pour la prévention du risque foudre pour les secteurs des industries, assurances, énergie… Sur le marché international Météorage propose aux services météo ou aux opérateurs de réseaux (Electricité, télécom,..) des solutions clé en main de réseaux de détection foudre.
 

Actualité par Météo-France