Imprimer Envoyer á un ami

Les archives du climat français (1850-1960) bientôt accessibles

28/03/2012

Météo-France et les Archives nationales engagent en 2012, avec le soutien de la Fondation BNP-Paribas, un programme de sauvegarde des archives du climat de la France et de ses anciennes colonies de 1850 à 1960. Elles permettront à Météo-France et à la communauté scientifique internationale d'améliorer leur connaissance du climat passé.
 

Carte d'observation réalisée le 25 décembre 1857, à l'époque d'Urbain Le Verrier, directeur de l'Observatoire de Paris, premier service météorologique français
(copyright Météo-France / Archives nationales)


Consulter la carte en grand format


Des données extraites de documents anciens

Ce projet  consiste à organiser la  récupération et le traitement de données historiques sur le climat français figurant dans des documents anciens versés aux Archives nationales. Le fonds historique de la météorologie française est conservé sur le site de Fontainebleau et comprend 6 300 cartons sur  2 km de linéaires. Il est constitué de relevés d'observations météorologiques, de cartes de prévision et de pointage de mesures, d'atlas climatologiques et de pièces diverses produites de 1850 aux années 1960.

Le projet se déroulera sur trois ans (2012 à 2014) en trois phases. Les documents seront d'abord dépoussiérés et désamiantés. Puis une équipe réunissant des climatologues et des historiens procédera à l'inventaire et l'archivage du fonds. Enfin, les documents seront analysés et numérisés et les données et informations pertinentes pour l'étude du climat seront saisies. A l'issue du projet, ces archives seront accessibles au public.

Une source inestimable sur l'histoire du climat et de la météorologie

Aujourd'hui, seules 10 à 20 % des observations réalisées depuis la création du Service météorologique français au milieu du 19è siècle sont disponibles dans la base de données climatologiques gérée par Météo-France. Grâce à ces précieuses informations, les climatologues de Météo-France pourront retracer finement le climat passé de la France et de ses anciennes colonies depuis 1850. Les observations anciennes recueillies permettront de constituer de longues séries de données de référence et d'améliorer les diagnostics sur l'évolution du climat.

Cette opération intéresse les climatologues, mais aussi les historiens : ces archives renferment des informations uniques sur l'histoire de la météorologie française du point de vue scientifique, technique et des institutions. Elles fourniront ainsi des témoignages de la création et de l'essor du premier service météorologique français, mis en place en 1855 par Urbain Le Verrier, directeur de l'Observatoire de Paris.

Copyright Météo-FranceLes premières cartes d'observation météorologique

Le 14 novembre 1854, une tempête détruit une grande partie de la flotte franco-anglo-turque durant la guerre de Crimée. Urbain Le Verrier, directeur de l'Observatoire de Paris, convainc Napoléon III de créer un service météorologique destiné à avertir les marins de l'arrivée des tempêtes. Il organise un réseau de stations qui communiquent leurs mesures par le télégraphe électrique. A partir de 1863, l'Observatoire de Paris diffuse régulièrement des télégrammes d'avertissement aux ports et débute la publication quotidienne de cartes météorologiques dans le Bulletin de l'Observatoire.

Illustration : Urbain Le Verrier (1811-1877)
(copyright Météo-France)


 

 

Actualité par Météo-France