Imprimer Envoyer á un ami

Les bulletins d'estimation du risque d'avalanche

23/02/2011

Chaque saison, Météo-France rédige quotidiennement des bulletins d'estimation du risque d'avalanche sur les Alpes, les Pyrénées et la Corse.

Destinés aux pratiquants de la montagne hivernale, ils informent sur le risque d'avalanche et la stabilité du manteau neigeux hors des pistes balisées dans les différents massifs.

Chaque bulletin couvre un ou deux départements et décrit la situation avalancheuse attendue sur les massifs jusqu'au lendemain soir. Il s'attache à fournir des informations qualitatives sur le risque, notamment sur sa localisation dans l'espace (altitudes et orientations des pentes exposées) et dans le temps (en cas d'évolution du risque au cours de la journée).

Les bulletins comprennent une carte des risques et un bulletin texte :

Copyright Météo-France

La carte des risques sur le département fournit une synthèse permettant de mémoriser les éléments importants de la situation. Les différents massifs y sont représentés et, pour chacun d'eux, un cartouche résume la situation jusqu'au lendemain :

- niveau de risque d'avalanche sur l'échelle de 1 à 5 (éventuellement 2 niveaux de risque selon l'altitude ou par évolution temporelle) ;

- une figurine représentant, en noir, l'orientation des pentes les plus dangereuses ;

- les conditions attendues par type d'avalanche (départs spontanés et déclenchements provoqués).


Le bulletin texte fournit les informations détaillées utiles au randonneur ou skieur hors-piste pour orienter ses choix. Il regroupe cinq rubriques :

- l'estimation du risque d'avalanche : par massif et pour les 24 heures à venir avec la référence à l'échelle européenne (indice chiffré et signification) ;

- un aperçu météo : brève information sur les paramètres prévus ayant une influence sur l'état du manteau neigeux ;

- les conditions d'enneigement : limite de l'enneigement skiable, appréciation générale sur l'enneigement, qualité de la neige de surface ;

- la stabilité du manteau neigeux : pour les différents massifs du département, cette information essentielle décrit les types d'avalanches (spontanées ou provoquées), le nombre de pentes concernées, la localisation des pentes les plus dangereuses, les causes de l'instabilité du manteau neigeux et leur évolution ;

- la tendance ultérieure des risques : évolution très succincte du risque pour les deux jours suivants.

Pour les pratiquants de la montagne qui s'aventurent en dehors des pistes sécurisées (à ski, surf, raquettes ou à pied), ce bulletin ne constitue pas un feu vert ou rouge, mais un outil d'aide à la décision. Ces informations doivent être confrontées aux conditions locales observées sur le terrain afin d'adapter éventuellement l'itinéraire ou modifier la conduite du groupe.

Ces bulletins quotidiens sont disponibles du 13 décembre 2010 au 27 avril 2011. En début de saison (à partir du début novembre) et fin de saison (jusqu'à mi-juin), des bulletins plus succincts sur les conditions de neige et le risque d'avalanche sont disponibles au minimum deux fois par semaine (le lundi et le jeudi).
 

Les différents types d'avalanches

Les chutes de neige successives s'accumulent tout au long de la saison pour constituer le manteau neigeux. Sa composition n'est pas figée : la neige se transforme en fonction des conditions météorologiques (nouvelles chutes, vent, refroidissement ou réchauffement de l'air, répartition verticale de la température dans la neige, etc.). Il en résulte un manteau stratifié, sorte de millefeuille composé de couches correspondant aux chutes de neige de l'hiver. Selon les caractéristiques de ces couches, le manteau neigeux peut devenir stable ou instable, et favoriser le départ d'avalanches (spontanées ou déclenchées par un skieur).

Avalanche de neige récente - © Météo-France/Gilles BrunotL'avalanche de neige récente

La neige mise en mouvement est légère et de faible cohésion. Les avalanches spontanées se produisent pendant ou peu après les chutes de neige. Par contre le risque de déclenchement par le skieur peut persister plusieurs jours.

Ces avalanches se caractérisent soit par un départ ponctuel, soit par une cassure linéaire.

Ce dernier type de déclenchement provoque beaucoup d'accidents.

Il est d'autant plus dangereux que l'aspect poudreux de la neige de surface ne donne pas l'impression d'un matériau pouvant subir une fracture linéaire (comportement de plaque).

Les plus grosses avalanches déferlent à très grande vitesse (jusqu'à 200 à 300 km/h) et peuvent provoquer d'énormes dégâts sur une vaste superficie.

Copyright Météo-FranceL'avalanche de plaque dure

Moins difficiles à déceler que les plaques friables, les plaques dures sont également très dangereuses. La rupture initiale concerne une neige de bonne cohésion.

La cassure, toujours très nette, se propage rapidement suivant une ligne brisée. L'instabilité de ces plaques tient essentiellement à la présence d'une sous-couche fragile.

Leur équilibre précaire peut être rompu sous l'effet d'une faible surcharge (skieur ou randonneur).

Une variété de plaques, dites plaques à vent, se forme sous l'action du vent pendant ou après une chute de neige. Brisés par le vent, les cristaux sont réduits en fines particules qui, en se déposant au sol, prennent rapidement une bonne cohésion.

Les zones d'écoulement et d'arrêt de ces avalanches sont parsemées de neige dure.

Copyright Météo-FranceL'avalanche de neige humide (ou de fonte)

Ce type d'avalanche est directement lié à la présence d'eau liquide (fonte superficielle, pluie, etc.). La neige « mouillée » se montre lourde.

Ces avalanches se produisent au cours de réchauffements importants, accompagnés ou non de pluie. Les plus typiques des avalanches de neige humide sont les avalanches de printemps qui se produisent dans les pentes bien ensoleillées.

Leur vitesse est relativement faible, de l'ordre de 20 à 60 km/h, mais ces avalanches ont une grande puissance dévastatrice. Les dépôts, parfois de plusieurs mètres d'épaisseur, sont constitués de blocs informes de neige très dense.

Actualité par Météo-France