Imprimer Envoyer á un ami

2001 - 2011 : La Vigilance météorologique a 10 ans

21/10/2011

null

Depuis le 1er octobre 2001, la carte de vigilance vous informe des dangers d'origine météorologique en France métropolitaine. Ce dispositif est le fruit d'une réflexion menée après les tempêtes de 1999 qui a mis en évidence qu'une meilleure information de la population aurait pu limiter les conséquences dramatiques de ces évènements.

 

Un dispositif d'information novateur
 

Ce dispositif a été conçu pour informer simultanément les pouvoirs publics, les médias et la population sur les risques potentiels liés à des phénomènes météorologiques dangereux, leurs conséquences attendues et des conseils de comportement adaptés. Un des enjeux consistait à faire du public un acteur de sa propre sécurité, en l'informant largement.

La Vigilance météorologique a été construite sur la base d'un langage commun à tous :
-    une échelle de quatre couleurs correspondant à des niveaux de risque (vert, jaune, orange et rouge)
-    un découpage départemental, adapté aux structures de planification et de gestion des crises ;
-    une échéance de 24 heures conjuguant une fiabilité des prévisions et une anticipation suffisante pour l'action.

 

Un dispositif enrichi en permanence

 

Depuis sa création, la Vigilance a connu de nombreuses évolutions. A l'origine, le dispositif couvrait 5 phénomènes : vent violent, fortes précipitations, orages, neige-verglas et  avalanches. En 2004,  il a été étendu aux canicules et grands froids. En 2007, le paramètre « fortes précipitations » a été modifié en « pluie-inondation », intégrant ainsi l'information de vigilance crues produite par la Direction générale de la prévention des risques du ministère du Développement durable.

 


Avec les Vagues-Submersion et Inondation, La vigilance couvre aujourd'hui  9 phénomènes météorologiques et hydrologiques : vent violent, pluie-inondation, orages, neige-verglas, inondation, vagues-submersion, canicule, grand froid et avalanches.
 

null

 

Une collaboration exemplaire

Elaborée et diffusée par Météo-France, la Vigilance météorologique est le résultat d'une collaboration avec la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (ministère de l'Intérieur), la Direction générale de la prévention des risques (ministère du Développement durable), la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (ministère du Développement durable), l'Institut de veille sanitaire (Etablissement public sous tutelle du ministère en charge de la Santé) pour les phénomènes concernant la santé et le Service hydrographique et océanographique de la marine (Etablissement public sous tutelle du ministère de la Défense) pour le phénomène vagues-submersion.
Chaque année, le dispositif fait l'objet d'une évaluation par les partenaires qui permet notamment de dégager des pistes d'amélioration.
 

Un dispositif précurseur

En 2001, la Vigilance météorologique était le premier dispositif d'information de ce type hors zones cycloniques. Le système de vigilance météorologique français a par ailleurs été retenu par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans le cadre du programme de réduction des Risques de catastrophes (Disaster Risk Reduction). Météo-France participe ainsi à un groupe de travail OMM dont les objectifs sont le partage et la mise en œuvre de bonnes pratiques à travers le monde. Des projets concrets sont ainsi en cours dans le sud-est de l'Europe, en Amérique centrale et aux Caraïbes dont Haïti, ainsi que dans le sud-est asiatique.

 

Les épisodes de vigilance rouge

Entre 2002 et 2010, Météo-France a déclenché 7 épisodes de vigilance rouge, c'est-à-dire du niveau de vigilance maximale correspondant à des phénomènes météorologique dangereux d'intensité exceptionnelle.

Quatre cas pour fortes précipitations
9 septembre 2002 dans le Gard
3 décembre 2003 dans l'Hérault
6-7 septembre 2005 dans le Gard et l'Hérault
7 septembre 2010 dans le Gard et l'Ardèche

Un cas pour des crues seules sur la Loire
2-3 novembre 2008, dans 5 départements

Deux cas pour vent violent
24 janvier 2009, dans 9 départements du Sud (tempête Klaus)
27-28 février 2010, dans 4 départements de Vendée et Poitou-Charentes (tempête Xynthia)
 

 

 

 

 

Actualité par Météo-France