Imprimer Envoyer á un ami

40 ans de météorologie spatiale

21/06/2004

Le Centre de météorologie spatiale de Météo-France est spécialisé depuis 40 ans dans le traitement des données issues des satellites météorologiques.



Météo-FranceTiros 1 ,le premier satellite météorologique, est lancé le 1er avril 1960 depuis Cap Canaveral. La Météorologie nationale décide dès 1961 de créer une section consacrée à l'espace. Des accords sont conclus avec le CNET en 1962 et le Centre d'études météorologiques spatiales (ancienne dénomination) est ouvert à Lannion le 2 septembre 1963.

La première mission de cette équipe de 7 pionniers consiste à préparer la réception des images de Tiros 8, dont le lancement est prévu le 21 décembre 1963. Le Centre d'études météorologiques spatiales réceptionne une image de Tiros 8 le 24 décembre 1963 à 12h29. C'est une première en Europe. Quarante ans plus tard, le Centre de Lannion reçoit et traite les données de Météosat 8, le satellite météorologique européen lancé le 28 août 2002.


Météo-France Les missions du Centre de météorologie spatiale (CMS)


Le CMS regroupe aujourd'hui 80 personnes compétentes dans les domaines de la météorologie, des télécommunications, de l'informatique et de la recherche.

Il est chargé de la réception directe ou non et du traitement des données des satellites météorologiques géostationnaires Météosat 8, Meteosat 7, Meteosat 6, Meteosat 5, Goes 9, Goes 10 et Goes 12 et des satellites à défilement NOAA 15, NOAA 16 et NOAA 17. Le CMS effectue également le relais de données de satellites météorologiques ou de télémesures entre l'Europe, l'Amérique et l'Asie pour le compte d'Eumetsat, l'organisation européenne de satellites météorologiques, et de la NOAA, son homologue américain.
Son équipe de recherche assure le développement de nouveaux algorithmes et logiciels de traitement des données satellitaires.

Le CMS mène également des activités de coopération internationale dans les domaines de la recherche, de la protection des fréquences et de la formation. Le CMS est, depuis 1983, centre mondial d'étalonnage des satellites géostationnaires de l'Organisation météorologique mondiale.


Traiter, élaborer et transmettre


L'observation par satellites a largement contribué à la connaissance du comportement de l'atmosphère et à l'amélioration des prévisions. Les images des satellites météo fournissent une vision globale du déplacement des masses nuageuses. Elles complètent les observations des stations terrestres, des radiosondages et des radars de précipitations. Elles comblent partiellement la quasi absence d'informations météorologiques sur les zones désertiques et océaniques.

Les mesures des satellites sont traitées en temps réel 24 heures sur 24. Elles fournissent des informations sur la couverture nuageuse, les flux radiatifs, la température de surface de la mer ou du sol, la quantité d'ozone et le profil vertical de température et d'humidité dans l'atmosphère. Ces données brutes sont soumises à des traitements informatiques complexes pour les rendre exploitables sous la forme d'images (compositions colorées combinant plusieurs canaux). Ces images sont transmises en continu aux centres de prévision et aux clients de Météo-France.



Les équipements


Son implantation dans les Côtes d'Armor garantit au CMS, du fait de la propreté radioélectrique du site et de sa position géographique, des conditions de réception optimales.

L' infrastructure technique du CMS comprend 15 antennes paraboliques, dont la plus grande atteint 13 mètres de diamètre, des récepteurs radioélectriques, des chaînes d'acquisition et de traitement en temps réel sous UNIX et un système d'archivage robotisé.

Le CMS est relié au Centre national de prévision de Météo-France à Toulouse, à Suitland (centre opérationnel de la NOAA aux Etats-Unis) et à Darmstadt (centre opérationnel d'Eumetsat en Allemagne) par liaisons Frame Relay Service.
Le CMS acquiert chaque jour plus de 60 Gigaoctets de données et transmet environ 3 Gigaoctets de produits élaborés au Centre national de prévision de Météo-France.



Actualité par Météo-France