Imprimer Envoyer á un ami

Bilan de la saison cyclonique 2006 dans l'Atlantique et en Caraïbe

26/11/2006

La saison cyclonique 2006 de la zone Atlantique se révèle peu active. Le nombre de phénomènes nommés (9) est inférieur à la moyenne des dernières années. Il faut remonter à 1997 pour trouver une saison équivalente.

Météo-FranceLes cyclones 2006 dans l'Atlantique





Météo-FranceNombre de cyclones dans l'Atlantique et la Caraïbe de 1966 à 2006



Il était prévu davantage d'ouragans « cap verdiens » en 2006 qu'en 2005, année pourtant record en nombre de cyclones sur le bassin. Cette prévision s'est vérifiée puisque la majorité des cyclones était de ce type, avec une formation entre l'archipel du Cap Vert et le centre Atlantique ( Debby, Florence, Gordon, Hélène, Isaac ). Mais, la structure atmosphérique sur le centre Atlantique a permis aux cyclones de remonter rapidement vers le nord et d'épargner ainsi les Antilles et la Caraïbe.

Comment expliquer cette saison cyclonique peu intense ?


  • Au début de saison (juillet), de nombreux épisodes de brume de sable d'origine africaine ont touché l'Atlantique tropical. Cette brume composée de poussières de sable, associée à de l'air asséché venant des contrées sahariennes, a tendance à contrarier les développements cycloniques et l'activité de cette saison 2006 a donc débuté tardivement.
  • Le phénomène El Niño s'est mis en place plus rapidement que prévu dans le Pacifique. Certains spécialistes estiment que le processus aurait été accéléré par la présence durable d'ouragans importants dans le Pacifique (cyclone Ioke notamment) qui aurait contribué à la formation de cet épisode El Niño. Or, il a été établi une forte corrélation entre un phénomène El Niño dans le Pacifique et une activité cyclonique faible, surtout en Caraïbe et dans le golfe du Mexique.


Détail de la saison 2006

9 phénomènes cycloniques ont été recensés : 4 tempêtes tropicales tout d'abord de juin à août, puis ensuite 5 ouragans durant les 5 semaines de pleine saison. Parmi ceux-ci, Gordon et Hélène ont atteint tous deux la catégorie 3 de la classification de Saffir-Simpson, avec des vents maximaux voisins de 200 km/h.

Tempête Tropicale ALBERTO
(du 10 au 14 juin : vent maximal soutenu 110 km/h le 12 juin, pression minimale 995 hPa)
La première dépression tropicale de la saison se forme le 10 juin dans l'extrême ouest de la Mer des Antilles, entre la presqu'île du Yucatan (Mexique) et l'île de Cuba, à partir d'un système perturbé venu du continent nord-américain et qui s'est alimenté sur les eaux chaudes de la Caraïbe. Elle se déplace vers le nord-ouest puis nord, devient tempête tropicale - baptisée Alberto - et circule dans l'est du Golfe du Mexique pour toucher dans la nuit du 12 au 13 juin les régions du nord de la Floride, près de Perry, à 80 km au sud-est de la capitale Tallahassee. La tempête devient alors une forte dépression pluvieuse qui circule vers le nord-est, sur les états de Georgie et de Caroline du Nord, et rejoint le 14 juin en fin de journée l'Océan Atlantique, classique dépression des régions tempérées. Cette dépression atteindra l'Irlande le 18 juin.

Tempête Tropicale BERYL
(du 18 au 21 juillet : vent maximal soutenu 90 km/h le 19 juillet, pression minimale 1001 hPa)
La dépression tropicale n°2 apparaît dans l'extrême ouest de l'océan Atlantique, entre les Bermudes et les côtes des USA. Née à hauteur de la Caroline du Sud, elle devient tempête modérée, passe à 250 km au large du Cap Hatteras (Caroline du Nord), puis remonte vers le nord-nord-est. Elle frôle les côtes américaines au niveau de Nantucket (Massachusetts) dans la nuit du 20 au 21 juillet, remonte progressivement et perd ses caractéristiques tropicales en abordant la Nouvelle-Ecosse (Canada), avant de se diriger vers Terre-Neuve.

Tempête Tropicale CHRIS
(du 31 juillet au 5 août : vent maximal soutenu 100 km/h le 2 août, pression minimale 1001 hPa)
La dépression tropicale n°3 naît le 31 juillet en fin de journée juste avant d'aborder l'arc des Petites Antilles, à moins de 250 km à l'est de la Guadeloupe. Elle se renforce progressivement, passant à moins de 100 km au nord de Saint-Barth' et Saint-Martin le 2 août au matin, avec des vents et des pluies modérés. Chris passe sur l'extrême sud des Bahamas alors que son intensité faiblit, puis se désagrège le 5 août en abordant les côtes orientales de Cuba.

Tempête Tropicale DEBBY
(du 21 août au 27 août : vent maximal soutenu 75 km/h le 24 août, pression minimale 1000 hPa)
Après 15 jours calmes, une perturbation africaine très structurée arrive sur l'océan, puis devient la dépression tropicale n°4 en fin de journée du 21 août, à quelques 400 km au sud-est des îles du Cap Vert. Elle passe au sud des îles, puis remonte progressivement vers le nord-ouest et devient tempête tropicale dans la nuit du 22 au 23. Elle se dissipera en plein centre Atlantique vers le 30°N, sans avoir menacé aucun territoire.

Ouragan ERNESTO (classe 1)
(du 24 août au 1er septembre : vent maximal soutenu 120 km/h, le 27 septembre, pression minimale 988 hPa)
Une onde d'est s'organise les 23 et 24 août sur l'Atlantique, alors qu'elle se rapproche de l'arc antillais, et devient la cinquième dépression tropicale de l'année, centrée au niveau des îles Grenadines, juste au sud de Saint-Vincent. La zone pluvieuse touche de manière sensible Barbade, Sainte-Lucie et la Martinique, avant de se déplacer vers l'ouest en Mer des Caraïbes. Devenue tempête tropicale le 25 septembre au soir, elle poursuit sa route vers les Grandes Antilles. S'intensifiant quelques heures au stade d'ouragan le 27 septembre au matin, juste au sud des côtes de Haïti, Ernesto se dirige droit vers l'île de Cuba. Affaiblie au stade de tempête tropicale, elle aborde l'île le 28 septembre par le sud-est non loin de Guantanamo, avant de prendre un cap vers la Floride, son intensité restant modeste. Elle traverse le sud de la Floride le 30 septembre puis rejoint l'océan à l'est de la Georgie. Ernesto reprend alors un peu de vigueur avant d'arriver sur les côtes de Caroline du Sud et du Nord dans la nuit du 31 septembre au 1er octobre, à l'intensité de forte tempête. Remontant alors vers le nord légèrement à l'intérieur des terres de Virginie, elle perd alors ses caractéristiques tropicales près des côtes du nord-est des Etats-Unis.

Ouragan FLORENCE (classe 1)
(du 3 au 12 septembre : vent maximal soutenu 150 km/h, le 10 septembre, pression minimale 972 hPa)
Une nouvelle perturbation d'origine africaine s'organise début septembre et est classée dépression tropicale le 3 septembre à mi-distance entre Afrique et Antilles. Dans la matinée du 5 septembre, elle devient la tempête Florence et suit une trajectoire vers le nord-ouest, qui la maintient à distance des îles antillaises, passant à plus de 500 km au nord des Iles Vierges le 9 septembre. Elle remonte ensuite plus vers le nord, devient ouragan le 10 septembre et passe sur l'archipel des Bermudes. Florence prend une trajectoire vers le nord-nord-est au large du continent américain et perd ses caractéristiques de cyclone tropical au sud de Terre-Neuve.

Ouragan GORDON (classe 3)
(du 10 au 20 septembre : vent maximal soutenu 195 km/h le 13 septembre, pression minimale 955 hPa)
Dans la "traîne" de Florence, un système nuageux s'organise et devient la dépression tropicale n°7 à quelques 700 km au nord-est de la Guadeloupe dans la nuit du 10 au 11 septembre. Elle s'intensifie au stade de tempête tropicale, alors qu'elle se situe à environ 600 km au nord-est de Saint-Barthélemy le 11 septembre. Gordon se dirige alors vers le nord, prenant une trajectoire proche de celle de Florence à 2 jours de distance, un peu plus à l'est toutefois. Il s'intensifie sensiblement le 13 septembre, devenant ouragan, puis atteint rapidement la classe 3 en soirée, à plus de 900 km au sud-est des Bermudes. Il passe très loin à l'est de cet archipel et se déplace à faible vitesse en plein centre de l'Atlantique, avec une intensité affaiblie de classe 1. Il accélère à partir du 18 septembre dans son déplacement vers l'est, se renforce de nouveau en classe 2 juste au moment d'aborder les Açores, qu'il traverse en touchant sévèrement les îles les plus au sud. Gordon perd son statut de cyclone tropical peu après, alors que cette tempête se dirige vers l'Europe Occidentale ...

Ouragan HELENE (classe 3)
(du 12 au 24 septembre : vent maximal soutenu 205 km/h le 18 septembre, pression minimale 954 hPa)
Une perturbation africaine bien structurée s'organise à quelques 300 km au sud des îles du Cap Vert : la dépression tropicale n°8 naît le 12 septembre. Son déplacement s'effectue vers l'ouest, le stade tempête étant atteint dans la nuit du 13 au 14 septembre. La tempête remonte peu à peu vers le nord-ouest, ce qui lui permet de rester très éloignée des îles antillaises. Hélène atteint le stade d'ouragan le 16 septembre, à plus de 1800 km à l'est des îles du nord de l'arc antillais. L'ouragan se renforce progressivement et devient intense, de catégorie 3, dans la nuit du 17 au 18 septembre alors qu'il est centré à plus de 1500 km au nord-est des Petites Antilles. Sa trajectoire s'incurve alors vers le nord, le cyclone un peu affaibli (classe 1 ou 2) ne franchissant pas le 60°W. Il continue sa route sur l'océan cap au nord-est, passant à plus de 1000 km à l'est des Bermudes, et perd peu à peu de sa vigueur, s'affaiblissant un temps tempête tropicale dans la nuit du 22 au 23 septembre. Redevenu ouragan rapidement malgré son passage au-dessus d'eaux plus froides, Hélène passe assez loin au nord-ouest des Açores et se transforme vite en forte tempête des régions tempérées, circulant au nord du 40°N en direction de l'Europe.

Ouragan ISAAC (classe 1)
(du 27 septembre au 2 octobre : vent maximal soutenu 140 km/h le 1er septembre, pression minimale 985 hPa)
La 9ème dépression tropicale de l'année apparaît en plein centre Atlantique à près de 1500 km au nord-est des Petites Antilles. Le 28 septembre, elle devient tempête tropicale et se dirige vers le nord-ouest à faible vitesse. Isaac passe à moins de 500 km à l'est des Bermudes au stade d'ouragan en fin de journée du 30 septembre et se déplace alors vers le nord. Un peu affaibli, Isaac traverse la presqu'île d'Avalon, dans le sud-est de Terre-Neuve, sous forme de forte tempête des régions tempérées puis se dirige vers le sud du Groenland.

Météo-France Antilles-Guyane


Actualité par Météo-France