Imprimer Envoyer á un ami

La Solitaire-Afflelou-Le Figaro 2007 : la météo de la course

01/10/2007

La Solitaire s'est terminée vendredi 24 août en baie des Sables d'Olonne avec la traditionnelle régate de clôture. Celle-ci a été remportée par le bizuth Jean-Pierre Nicol (Gavottes) par un vent d'ouest nord-ouest qui n'a pas dépassé 10 noeuds et une mer calme.

Michel Desjoyeaux remporte la Solitaire-Afflelou-Le Figaro 2007, après avoir parcouru les 1876 milles nautiques de la course en 247h 20min et 47sec. Il réalise l'exploit d'être monté sur le podium à chaque étape et s'adjuge ainsi sa troisième Solitaire.

Météo-France réalisait l'assistance météo de la 38ème édition de la plus grande régate d'Europe. Aux côtés des skippers et des organisateurs, deux prévisionnistes assuraient un briefing météo avant le départ de chacune des 4 étapes détaillant les conditions météo prévues sur la zone et les phénomènes dangereux éventuels.

Sylvain Mondon et Richard Silvani, prévisionnistes marine de Météo-France, commentent la météo de la course.


Quatrième étape : La Corogne – Les Sables d'Olonne

La première difficulté était de bien se dégager des côtes Ibériques. La majorité de la flotte a donc effectué dès le départ un bord vers le nord. Mais il ne fallait pas aller trop loin quand même, comme Pedro da cruz qui s'est trop décalé et n'a jamais pu revenir.

Pour ceux qui sont allés jouer à la côte le retour dans le paquet de tête fut aussi impossible.

Ensuite ce fut une course de vitesse dans un vent qui ne faisait que fraîchir et où il fallait quand même se placer au dessus de la route afin d'anticiper la bascule de vent au nord ouest prévue à la mi journée lundi.

Dans des vents atteignant 40 nœuds en vent moyen et 50 nœuds en rafales, c'est Fred Duthil qui fut le plus habile et le plus lucide. Il gagne cette étape et accède à la deuxième place sur le podium final, juste derrière Michel Dejoyeaux, grand vainqueur de cette édition, et qui aura dominé de bout en bout cette épreuve.

Météo-FranceEvolution du vent et de la pression au niveau de la mer du 19 au 21 août 2007
vent moyen sur 10 minutes, exprimé en nœuds (1 nœud= 1,852 km/h)



Troisième étape : Brest - La Corogne

Les prévisions météorologiques ont amené les organisateurs de la solitaire Afflelou le Figaro à changer le parcours de cette étape.

Les concurrents se sont plus montés vers le Fasnet mais sont descendus vers l'estuaire de la gironde afin de passer une marque de parcours avant de mettre le cap vers la pointe de l'Espagne.

La descente vers cette marque s'est faite dans des conditions de portant assez abattu (vent arrière) et la flotte est restée relativement groupée.

C'est en mettant cap à l'ouest que les concurrents sont allés à la rencontre d'une dépression qui a généré des vent de 40 nœuds avec des rafales à 45 nœuds et une mer très forte (creux de 4 à 5 mètres).

La bascule du vent de sud ouest au nord ouest, associée à cette dépression, a été déterminante pour cette étape : il fallait aller la chercher, donc faire du gain ouest, et surtout virer au bon moment, et donc trouver la bonne lay line pour l'arrivée.

A ce jeu là, Corentin Douguet fut le plus habile et donc grand vainqueur en Espagne.

Météo-FranceEvolution du vent et de la pression au niveau de la mer du 11 au 16 août 2007
vent moyen sur 10 minutes, exprimé en nœuds (1 nœud= 1,852 km/h)



Deuxième étape : Crosshaven - Brest

Le départ a été donné lundi 6 août dans des vents d'Ouest faibles qui se sont orientés au Sud-ouest par effet de brise thermique dans l'après midi. Cela a occasionné de multiples virements de bords pour l'ensemble de la flotte. Des options entre la terre et le large, personne n'est vraiment sortis gagnant, et les écarts au Fasnet n'étaient pas significatifs.

C'est alors une course de vitesses et de réglages qui s'engage dans la descente vers Brest. Les vents de secteur Nord de 18 à 22 nœuds ont permis de faire un bord très rapide d'autant plus que la houle de Nord-ouest facilitait les grands surfs.

A ce jeu-là, c'est Michel Desjoyeaux qui fut le plus habile et donc grand vainqueur en rade de Brest au petit matin du 8 août.

Météo-FranceEvolution du vent et de la pression au niveau de la mer du 6 au 8 août 2007
vent moyen sur 10 minutes, exprimé en nœuds (1 nœud= 1,852 km/h)



Première étape Caen - Crosshaven

La première étape est partie de Caen le 31 juillet dans un régime de brise en baie de Seine.

La brise de mer sur la ligne de départ devant Ouistreham s'est établie au Nord à Nord-Est pour 12/16 nœuds. Ce vent qui s'est orienté ensuite au Nord-Est a permis aux concurrents de rejoindre la pointe de Barfleur en soirée.

La traversée de la Manche s'est effectuée dans des vents de secteur Est d'une dizaine de nœuds jusqu'aux abords de l'île de Wight. C'est en s'approchant des côtes anglaises que le vent inférieur à 10 noeuds est devenu plus variable à cause d'effets locaux, de brise de mer le jour et de brise de terre en fin de nuit.

Le skipper Frédéric Duthil s'est frayé un chemin dans ces airs variables et peu durables en exploitant aussi les courants de marée assez forts le long de ces côtes.

Enfin, le vent de Nord-Ouest établi le 2 août a permis aux figaristes de s'extraire des côtes Anglaises. La traversée de la mer Celtique début par le franchissement d'une dorsale mobile dont l'axe croise la flotte. Après le passage de cette dorsale le vent s'est établi au Sud-Ouest en se renforçant progressivement à l'avant d'un front froid qui aborde l'Irlande.

Frédéric Duthil sur Distinxion est arrivé le premier à Crosshaven le 3 août en fin de matinée.

Météo-FranceEvolution du vent et de la pression au niveau de la mer du 1er au 3 août 2007
vent moyen sur 10 minutes, exprimé en nœuds (1 nœud= 1,852 km/h)

Actualité par Météo-France